Clas drague les petits porte-monnaie avec B-Line

Clas drague les petits porte-monnaie avec B-Line

Conscient que les garagistes ont bien du mal à s’équiper correctement par manque d’information mais aussi, par manque de moyens, Clas Equipements a lancé la gamme B-Line. Des outils de spécialistes, pour les spécialistes, garantis et de qualité… mais bien plus économiques.

« Nous avons identifié, lors du dernier salon Equip Auto Algérie que le marché de la réparation n’est pas très bien équipé. Mais ce qui est criant surtout c’est que les mécaniciens ne sont pas au courant, pour la plupart, qu’il existe des outils spécifiques pour leur faciliter le travail. Par exemple, nous avons une clé spéciale pour le filtre à moteur Peugeot, et les réparateurs qui nous ont rendu visite sur le salon étaient ébahis de voir que cela pouvait exister », commente Nicolas Hailloud, responsable commercial export de Clas Equipements. En d’autres termes, les garagistes locaux, dès lors qu’ils ne sont pas sous enseigne (constructeurs ou centres autos), ne disposent que des équipements de garage de base. Des outils basiques qui leur permettent, en somme, d’intervenir sur des Peugeot 304 ou 504, mais pas sur des véhicules dotés de technologies récentes qui, bien souvent, sont l’objet d’interventions plus complexes. « Par exemple, illustre Nicolas Hailloud, pour intervenir aujourd’hui sur les embrayages, il faut disposer, pour bien faire, d’un centreur d’embrayage…ce que n’ont pas la plupart des garagistes locaux. Pourtant, l’Algérie a un potentiel énorme. Les véhicules y sont de plus en plus récents, des constructeurs viennent fabriquer leurs véhicules sur place et forcément sans les outils adéquats pour intervenir sur ces nouveaux modèles, le mécanicien va vite être dépassé ».

Savoir-faire et faire savoir

Première raison à ce manque criant d’équipement : le manque d’information. En effet, pour Clas, les garagistes locaux ont besoin et sont demandeurs d’informations sur la maintenance des nouvelles technologies automobiles, ainsi que sur les moyens d’y parvenir. L’équipement de garage, bien sûr, en fait partie intégrante. L’équipementier œuvre donc à transmettre, via ses distributeurs locaux, les réseaux sociaux ou encore des sessions de formation technique, l’ensemble de son savoir-faire.

Second frein au développement de l’équipement de garage ad hoc : le prix. Bien sûr, les équipements exotiques, de piètre qualité, mais bien moins chers, ont de quoi séduire en priorité les garagistes. Pour pallier le problème et permettre malgré tout aux professionnels de travailler avec des outils de qualité, Clas a lancé la gamme B-Line. Une gamme d’outils « B » – comme son nom l’indique – destiné à un usage moins intensif, certes, mais surtout, plus économique. Pour autant, les quelque 200 outils techniques de la gamme B-Line (contrôleurs de batterie, Cric, ressorts, etc.) sont, à l’instar de ceux de la gamme « A » Clas, tous garantis. Une manière de profiter de la qualité reconnue du fabricant d’équipements et d’outillages sans pour autant y passer toutes ses économies. Mais pour Nicolas Hailloud, décider de l’achat d’un équipement ou d’un outil en ayant seulement en tête la notion de prix est forcément très réducteur. « Un outil qui paraît cher, il faut le mettre en perspective. Par exemple, un testeur de batterie, on en trouve à tous les prix.

Mais si le nôtre est plus cher, c’est qu’il permet de tester le démarreur, l’alternateur et la batterie, le tout en 10 minutes et en donnant un rapport circonstancié au client. Nous permettons donc au garagiste d’apporter un service supplémentaire à son client, de faire du préventif et de donner des informations. Du coup il fidélise son client et va augmenter ses interventions sur les batteries, donc il aura plus de business, etc. Et tout cela, s’il n’a pas l’outil, il ne peut pas le faire ! » En d’autres termes, Clas fournit l’outil, certes, mais assure aussi une réponse aux problèmes techniques éventuels, garantit ses produits et leur qualité… De menus détails dont ne sont certainement pas dotés les équipements et autres outillages exotiques. Pour Nicolas Hailloud d’ailleurs : « Bien souvent, au final, le client finit par en revenir ! ».

   Ambre Delage

Réagir

Your email address will not be published.