Comment se porte le marché du VUL au Maroc ?

Comment se porte le marché du VUL au Maroc ?

« Quand le VUL va, tout va ! ». Cet adage, on ne le répétera jamais assez, tellement le véhicule utilitaire léger (VUL) demeure un indicateur puissant de la bonne santé économique d’un pays donné. Si l’industrie de ce pays ou son agriculture présente des signes de vigueur, alors le VUL se vendra bien et vice versa. Mais quelle est donc la tendance au Maroc en termes de ventes de VUL ? Comment se décline le marché du VUL dans nos contrées ? C’est l’enquête du mois que nous vous proposons dans Rechange Maroc.

Des ventes exceptionnelles du VUL en aout dernier !

Après avoir essuyé des résultats en demi-teinte en 2015 et en 2016, signe de l’essoufflement passager de l’économie du pays durant cette période, le VUL a repris de plus belle sur un trend haussier dès le second trimestre de 2017. Cette tendance continue à se poursuivre à aujourd’hui. Ainsi, selon les tout derniers chiffres publiés par l’association marocaine des importateurs de véhicules automobiles montés (AIVAM), les ventes de VUL ont connu un pic en août dernier avec une croissance qui ressort, en variation annuelle par rapport à la même période de l’année 2016, à pas moins de 25,35 % ! « Une performance pourtant difficile à expliquer puisque la période estivale n’est guère propice aux ventes dans ce segment, étant donné qu’il s’agit d’une période de congés et d’accalmie industrielle et agricole », nous avoue un concessionnaire marocain. Et de poursuivre que : « les industriels et les agriculteurs ont peut-être préféré acheter en masse pour se préparer à la reprise de la rentrée sans rater les différentes promotions estivales qui avaient été fixées sur les produits VUL… Quoi qu’il en soit, nous sommes contents que cette performance existe ! ».

Quelles sont les marques les plus vendues ?

Si l’on devait parler des parts de marché (PDM) les plus importantes réalisées par marques sur le segment du VUL à fin aout 2017, elles ressortiraient, avec une prédominance de Ford qui ne s’accapare pas moins de 18,11 % avec près de 11 196 unités vendues à fin août (contre 10 062 unités écoulées une année auparavant). Le constructeur américain est talonné par Fiat qui totalise, quant à lui, 15 % de PDM. Renault emboite le pas en occupant la 3ème marche de ce podium très convoité. La marque au losange s’adjuge 13,3 %
de PDM. Plus loin derrière, on retrouve Dacia à la 4ème place avec 9,61 % de PDM, tandis que Toyota s’assure la 5ème place en réalisant 9,31 % de PDM à la fin du mois le plus chaud de l’année.

Le VUL par catégories :

Les pick-up

Au Maroc, les pick-up sont très prisés par les professionnels, mais commencent également à susciter un engouement croissant auprès de particuliers friands de voitures baroudeuses aux épaules très larges et taillées pour l’aventure. Au Maroc, comme partout, le segment des pick-up reste largement dominé par les modèles japonais.

• Volkswagen Amarok

Avec ses dimensions de mahousse et ses allures de celui qui en a vu d’autres, le 4×4 à benne possède un châssis échelle à l’ancienne qui repose sur des ressorts à lames et sur un pont arrière rigide. Pourvu d’un généreux plateau de 2,52 m² et d’une motorisation de 2.0 l TDI, il est capable de transporter jusqu’à 1,1 tonne de charge utile.

• Nissan Navara

Ce gros bébé affiche 5,29 m sous la toise et quelques 2 tonnes à vide sur la balance ! La benne du Navara arbore une longueur utile de 1,51 m pour une charge (utile aussi !) qui atteint les 900 kg.
Le Navara n’est disponible qu’en version 4×4 enclanchable automatiquement (2wd, 4wd, 4lo) avec blocage de différentiel arrière. Sous le capot, on retrouve un moteur Renault/Nissan 2.5 dCi d’une puissance de 190 ch.

• Mahindra Scorpio

Le mastodonte indien est doté d’essieux à roues indépendantes avec des amortisseurs télescopiques hydrauliques et barres de torsion qui lui permettent de transporter jusqu’à 900 kilogrammes de charge utile. Sous son capot, on retrouve un bloc diesel turbo 2,4 litres avec un système d’injection directe d’origine Bosch. La transmission s’appuie sur un arbre tubulaire monté sur cardans. La boîte de transfert est gérée électroniquement par une commande de type Borg Warner.

• Mitsubishi L200

Ce colosse nippon a été introduit sur le marché marocain au début des années 90. Mais il continue de faire chavirer le cœur des professionnels grâce à sa fiabilité et à sa robustesse. Deux motorisations animent la gamme L200. Il s’agit du 2.5 litres Diesel (atmosphérique) très prisé au Maroc, mais aussi du nouveau 2.5 litres DI-D (turbo-Diesel Common rail) de 136 ch.

• Toyota Hilux

Au Maroc, la relation qui existe entre les transporteurs et le Toyota Hilux a des airs de love story !
Cette machine indestructible dispose d’un châssis en échelle et d’une carrosserie rigide doublée de panneaux d’acier anticorrosion et d’un traitement antirouille longue durée. Le Hilux est doté d’un blocage de différentiel automatique. Il abrite un bloc turbo Diesel D4D 2.5 litres disponible en 2 versions : 102 ch et 260 Nm (en simple cabine), ou en 144 ch et 343 Nm (double cabine).

Les monospaces

• Dacia Lodgy

Voici un véhicule qui connaît une success story dans nos contrées. Ce produit de l’usine Renault de Tanger embarque la désormais incontournable motorisation 1.5 l dCi de 85 ch.

• Fiat Doblo

En entrée de gamme, Fiat propose un ludospace appelé Doblo Combi, qui connaît un succès incomparable au Maroc auprès des professionnels, mais aussi auprès des particuliers. Le véhicule est pourvu d’un moteur diesel 1.3 l Multijet de 90 ch.

• Citroën Berlingo

Le véhicule aux chevrons bénéficie d’un renforcement de ses suspensions arrière. Il a également été allongé pour atteindre les 4,63 m. Il devient ainsi suffisamment spacieux pour accueillir marchandises et passagers. Le véhicule s’équipe du 1.6 litre HDI de 92 ch

• Volkswagen Caddy Maxi

Le Caddy Maxi est étonnement spacieux, pour une motorisation 1.6 TDI et des pièces entièrement renforcées (suspension, boîte à vitesses, portières, etc.)

• Ssangyong Stavic

Bien équipé, le Stavic plaît surtout aux professionnels des shuttles de transport touristique. Le véhicule abrite sous son capot un 2.0L e-XDi diesel d’une puissance de 155 CV. Sa transmission peut être, au choix, manuelle ou automatique.

Les fourgonnettes

• Hyundai H1

Voici un utilitaire qui fait la joie des loueurs, des transporteurs touristiques et des commerçants ! Le cœur du Hyundai H1 est un 2,5 litres TCI diesel dépourvu de système d’injection à haute pression. Il en résulte un moteur compatible avec le gazole ordinaire qui offre de bonnes performances et 100 chevaux de puissance.

• Ford Transit

Au Maroc, le Ford Transit est une véritable icône du véhicule. Il s’agit du plus grand fourgon dans son segment. Il est pourvu de la motorisation Ford EcoBlue 2.0L TDCi conçue pour espacer au maximum les intervalles d’entretien.

• Renault Trafic

Le Renault Trafic est l’un des véhicules utilitaires qui figure parmi les plus vendus de sa catégorie. Décliné en pas moins de 13 versions, il affiche un empattement supérieur à 3 mètres, pour une hauteur qui atteint les 2,50 m. Il est capable de transporter jusqu’à 2,5 tonnes de charge utile.

• Mercedes Vito

Le Mercedes Vito est taillé pour des conditions de travail confortables et pour fournir des prestations efficaces. Il ne propose pas moins de 3 modes de propulsion : traction avant, propulsion arrière et transmission intégrale. La capacité de transport du Vito fourgon compact est plus qu’éloquente : il offre un volume de chargement de 5,5 m³, pour une charge utile pouvant aller jusqu’à 1 374 kg.    

Réagir

Your email address will not be published.