Courroies et roulements : la belle affaire

Courroies et roulements : la belle affaire

Au Maghreb, les marchés de la courroie et du roulement de roues font l’objet d’une excellente dynamique. Au point que la concurrence exotique n’est plus un problème et que les kits, voire les super-kits, y font progressivement leur apparition. En d’autres termes : tout roule !

« Les pièces de la distribution en général sont bien implantées au Maghreb. Elles sont, et notamment la courroie, largement demandées par nos distributeurs, que ce soit sous forme de kit ou en pièce détachée. Notre marque INA, enveloppant tout ce qui se rapporte à l’univers moteur, couvre la quasi-totalité du parc automobile maghrébin. Schaeffler se positionne comme un équipementier de référence sur ces pièces de la distribution », commence Joachim Bachstaedter, Responsable Commercial Afrique du Nord & DOM/TOM. Si cette assertion de Schaeffler ne donne pas de vision consolidée du marché, elle est néanmoins partagée par tous les acteurs de la courroie et du roulement présents au Maghreb. Pas de chiffres, donc, mais un constat : le marché est dynamique, avec une croissance continue. Et pour cause, la distribution, dans la majorité des pays du Maghreb, est faite par des importateurs professionnels ayant une grande expérience et qui ont bien compris que la bonne qualité des produits qu’ils offrent est fondamentale pour la bonne réussite et le développement de leur activité.

« Que l’on parle d’une distribution encore extrêmement fragmentée comme celle que l’on retrouve en Tunisie, ou d’un réseau de distributeurs plus limité comme au Maroc et en Algérie, tous les niveaux de la distribution, de l’importateur jusqu’à l’atelier du mécanicien, demandent un produit de qualité. Cela signifie surtout des produits fabriqués en Europe, ou dans tous les cas, proposés par des grandes marques de la rechange qui peuvent avoir des usines de production hors Europe », explique Sergio Rodari, Regional sales manager Mediterranean Automotive Replacement chez Gates. D’où la bonne tenue des marques telles que Gates, justement, qui propose à ses clients des courroies de production européenne et des roulements qui arrivent de son usine de Turquie, où se concentre aussi sa production OES. Ou encore comme Schaeffler, Hutchinson, NTN-SNR et consorts, des marques qui, grâce à la technicité de leurs produits et à leur inévitable présence sur le marché, ont su tirer le marché des courroies et des roulements vers le haut, et s’imposer au point de faire oublier la concurrence asiatique, qui a, pourtant, souvent tendance à gangrener la filière de l’après-vente automobile au Maghreb.

Le kit : nouvel eldorado du marché

Cette montée en gamme sur les familles courroie et roulements de roues suit sans aucune doute les modifications du parc roulant. En augmentation permanente, ledit parc roulant tend à se rajeunir. Conséquences : les automobilistes accordent beaucoup plus d’attention à l’entretien de leurs véhicules qu’ils souhaitent plus professionnels et de meilleur qualité. Mieux : « Il y a un peu moins de 10 ans, les concessionnaires ont ouvert la voie des kits en les introduisant pour des raisons de garantie des pièces. En effet, la notion de kit a permis de garantir l’intégralité de la réparation, en ne changeant pas uniquement la pièce défectueuse mais également tous les éléments du kit », raconte Joachim Bachstaedter. Par ricochets, la rechange a dû, elle aussi suivre cette évolution. On assiste donc aujourd’hui, sur les marchés du Maghreb à une mini révolution : l’apparition de kits. Jusque-là exception française, le kit gagne peu à peu d’autres territoires, et le Maroc ou l’Algérie ne font pas exception à la règle. Certes, les volumes de kits vendus sont loin d’être à la hauteur des pièces vendues à l’unité, mais le marché du kit progresse inexorablement. Un constat confirmé par Sergio Rodari : « Le kit est un produit plutôt nouveau pour le Maghreb mais qui commence à être bien apprécié parce qu’il délivre plusieurs produits de qualité dans une seule boîte, offrant par là même une solution complète aux besoins du réparateur. Après les premières commandes plutôt discrètes, nos distributeurs ont constaté le succès de cette famille de produits et aujourd’hui la gamme de kits distribuée par Gates augmente chaque mois ». Un constat également partagé par l’ensemble des équipementiers. A l’instar de Schaeffler qui annonce une croissance de 50 % sur les kits de distribution INA au Maghreb pour cette année… Une croissance impressionnante, certes, mais à nuancer, tant les parts de marché sur le kit sont encore, pour l’heure, confidentielles. Les préférences du marché se tournant principalement vers les kits de distribution et les kits de roulements de roues.

Le super kit pour demain ?

De là à imaginer l’arrivée prochaine des super-kits sur le marché de la rechange au Maghreb, il n’y a qu’un pas…à franchir là encore avec précaution. D’ailleurs, pour Olivier Berlioz, directeur Marketing d’Hutchinson : « Nous n’avons pas encore constaté de vraies demandes sur les super kits. Le prix reste un élément primordial et il est encore avantageux d’acheter des pièces séparément (kits et pompe à eau) ».

Cela n’empêche pourtant pas certains équipementiers à, d’ores et déjà, passer à la seconde phase de distribution de leurs kits. Ainsi Gates avoue-t-il que ses distributeurs locaux présentent déjà de bons résultats sur les kits avec pompe à eau. Au point d’ailleurs de proposer sur le marché des super-kits composés de courroies, de galets tendeurs, de poulies, de pompe à eau et de thermostat. « Nous attendons de grands résultats avec ce kit complet, au fur et à mesure que les mécaniciens comprendront la perte de temps et d’argent que leur coûte le fait de rechercher les différents composants séparément », ambitionne Sergio Rodari. De son côté, Schaeffler, avec ses marques INA et Fag, n’hésite pas à faire l’apologie de ces produits tout-en-un pour expliquer leur apparition au Maghreb : « En changeant non seulement la pièce défectueuse, son kit, mais aussi un ensemble de pièces plus grand encore, l’utilisateur final réduit alors significativement, à plus long terme, le temps passé chez son garagiste ainsi que ses frais de réparation et de montage/démontage du véhicule », prophétise Joachim Bachstaedter. De quoi, forcément, motiver la convoitise des réparateurs, quels qu’ils soient et de faire admettre qu’en matière de roulements de roues et de courroies le prix n’est plus le seul critère de sélection.

Concurrence exotique : même pas peur !

Avec l’avènement des kits, le rajeunissement du parc automobile, la professionnalisation des réparateurs et le caractère impératif, pour les automobilistes, de faire entretenir leurs véhicules avec des produits de qualité, les courroies et roulements en viennent à faire oublier la concurrence asiatique. Fait rare sur un marché souvent gangréné par le phénomène du low cost : les marques reconnues d’équipementiers souffrent peu de cette concurrence. De fait, la présence, sur le marché, de marques inconnues est extrêmement limitée. « Sur les courroies, explique Olivier Berlioz, il peut y avoir quelques produits en provenance de pays low cost, mais cela reste marginal. Le différentiel de prix ne vaut pas le risque encouru. En revanche, sur les galets, la concurrence est plus intense et l’on peut trouver différents niveaux de prix associés à des niveaux de qualité en rapport ». Une concurrence du prix vite balayée par la qualité des produits que mettent en avant les équipementiers premium. Les distributeurs, eux, ne s’y trompent pas et préfèrent, de loin, opter pour des produits de qualité reconnue, répondant aux exigences de la première monte, plutôt que pour des produits moins chers mais aussi, moins fiables. CQFD.

Quand le marketing digital fait office de formation

Alors forcément, qui dit produits de qualité premium, voire OE, dit accompagnement sur-mesure. Pas question, bien sûr, de livrer les bons produits sans s’assurer que ces derniers seront parfaitement montés sur les véhicules. Logique. En matière de marketing et de formation, les équipementiers présents au niveau local s’efforcent de dynamiser en permanence leurs distributeurs. En matière de marketing, Gates soutient ses distributeurs lors de leurs participations à des salons, comme celui d’Alger par exemple. « Nous avons également une forte demande de produits publicitaires à la marque Gates et nous accompagnons ainsi, régulièrement, nos distributeurs dans leur offre promotionnelle en leur proposant T-shirts, sacs à dos, sacs de sport et autres produits logotés aux couleurs de notre marque », liste Sergio Rodari. Chez Hutchison, on met un point d’honneur à soutenir ses distributeurs via la mise à disposition d’argumentaires et de PLV en langue locale. « Par ailleurs, ajoute Olivier Berlioz, pour inciter les clients finaux à commander des kits, nous offrons sur cette famille de produit, la possibilité de venir télécharger une notice en ligne spécifique au véhicule ». Enfin, chez Schaeffler, on joue à fond la carte du digital en profitant pleinement des possibilités offertes par Internet.

De fait, l’équipementier diffuse différentes vidéos sur les courroies et roulements de roues et met à la disposition des professionnels de la réparation de nombreuses aides techniques, notamment sur sa plateforme en ligne www.repxpert.com, tel qu’un ensemble de vidéos et d’instructions de montage gratuit et directement accessible en ligne. « Notre présence sur les salons professionnels du secteur apporte également un réel support clientèle. Il existe généralement un besoin de formation lorsqu’un produit nécessite l’utilisation d’outils spéciaux. C’est pourquoi, pour les produits concernés, une fiche technique est insérée en sus des pièces dans chaque boite, set ou kit », complète Joachim Bachstaedter. Des informations techniques et des vidéos de montage et démontage, accessibles facilement et gratuitement, sans avoir à se déplacer, qui ont tôt fait de diminuer les demandes de sessions « physiques » de formations techniques.

Le PL dans la ligne de mire

Un constat s’impose : les marchés de la courroie et du roulement de roues automobile semblent avoir trouvé, au Maghreb, un bon rythme de croisière. Mais les équipementiers ne sauraient s’en satisfaire. Car courroies et roulements ne sont pas réservés qu’aux seuls véhicules légers. De fait, les équipementiers très installés sur le VL développent aujourd’hui localement le poids lourd. Au premier rang desquels Hutchinson et Gates qui complètent respectivement aujourd’hui leur offre sur ce segment spécifique. Afin d’asseoir sa position de leader en première monte, Hutchinson étoffe désormais son offre avec 22 nouveaux galets d’accessoires et 45 nouvelles courroies Poly V. L’offre transmission par courroie pour le PL de l’équipementier comprend ainsi plus de 250 références de courroies et 78 galets. En galets d’accessoires, l’offre est complétée par les derniers tendeurs hydrauliques d’origine pour les Mercedes Actros MP4, Axor et Antos. « Une technologie qui promet une très grande capacité d’amortissement tout en garantissant une grande durée de vie… soit jusqu’à 1 million de kilomètres pour certains galets ! », vante Olivier Berlioz. Quant à Gates, s’il lance sur le marché une toute nouvelle courroie d’accessoires à dos gaufré ayant des performances techniques supérieures à l’ancienne évolution, il fait également un effort très important au niveau du développement de sa gamme de produits pour les poids lourds. « Depuis longtemps, explique Sergio Rodari, nos clients nous le demandaient et cela confirme la volonté de Gates d’augmenter sa présence sur ce segment de véhicules, fort de son expérience comme fournisseur OE ». Après le développement des kits, les courroies et roulements de roues pour le PL seront-ils le nouvel eldorado des équipementiers au Maghreb ?

Réagir

Your email address will not be published.