COVID-19 : constructeurs et équipementiers mondiaux à la rescousse

COVID-19 : constructeurs et équipementiers mondiaux à la rescousse

Dans tous les pays, les industriels cherchent à pallier le manque de matériels pour lutter contre le fléau COVID-19. Nous dressons dans ces pages quelques exemples pris au sein de l’industrie automobile.

Volkswagen produit des masques via l’impression 3D

En réponse à la crise du Coronavirus, le Groupe Volkswagen a commencé à produire des supports de masques de protection par impression 3D. Cela fait partie d’une initiative transnationale conjointe avec Airbus et le réseau d’impression 3D « Mobility Goes Addictive », qui comprend environ 250 entreprises. (…) Une feuille de plastique conventionnelle sera insérée par des tierces parties dans les supports produits actuellement par Volkswagen. L’intégralité du visage sera alors recouverte d’une protection transparente. Afin de garantir les normes d’hygiène les plus élevées possibles, les employés de Volkswagen produisant les supports porteront des gants et des masques de protection. « Notre équipe travaille à pleine vitesse afin de fabriquer ces pièces urgentes et nécessaires aussi rapidement que possible », a déclaré Gerd Walker, en charge de la Production du Groupe Volkswagen. La production n’est pas seulement en cours dans les grands centres d’impression 3D de Wolfsburg et d’Ingolstadt, mais également dans d’autres usines Audi, Bentley, Bugatti, MAN Truck & Bus, Porsche, Volkswagen, Volkswagen Véhicules Utilitaires, Volkswagen Group Components et Volkswagen Motorsport. Le Groupe utilise actuellement plus de 50 imprimantes 3D dans ses usines qui offrent continuellement des imprimantes supplémentaires pour ce projet. Source communiqué Volkswagen.

Lamborghini produit des masques et des visières médicales

Transformant son unité de production, Lamborghini, fleuron des marques de véhicules de luxe, s’est mis à la production de masques et de visières médicales. La fabrication des masques chirurgicaux « a été confiée à un groupe d’ouvriers et ouvrières spécialisés dans la sellerie, le département chargé de la réalisation des intérieurs et de la personnalisation des Lamborghini ». La production attendue s’élèverait à un millier de masques produits par jour. Parallèlement, les imprimantes 3D seront également en action pour produire 200 visières par jour au sein du laboratoire de R&D et dans le site de production de fibre de carbone de la marque. « Dans un moment d’urgence comme celui-là, nous avions besoin d’apporter une contribution concrète (…) C’est en s’unissant et en soutenant ceux qui sont tous les jours en première ligne dans la lutte contre cette pandémie que nous gagnerons ensemble cette bataille », a souligné le PDG de Automobili Lamborghini, Stefano Domenicali. Source AFP

GM fabrique des respirateurs et des masques

Certes, le constructeur automobile a été contraint de se mettre à la fabrication des respirateurs sur ordre du Président américain, mais Mary Barra, à la tête de ce géant américain, avait-elle besoin de cette incitation, elle qui avait déjà initié le projet ? En fait, il s’agissait pour le président américain d’accélérer les choses et de participer à l’opération indirectement. Quoiqu’il en soit, GM avec le concours Ventec Life Systems (société de fabrication d’appareils médicaux) a débuté, en avril, dans l’Indiana la production en série des respirateurs et devrait livrer dès avril les 600 premiers appareils. Il s’agit d’une commande du gouvernement américain de 30 000 respirateurs pour un montant de 489,4 millions de dollars. Le temps mis à livrer s’explique par la nécessité pour le constructeur de faire valider la fiabilité des appareils par les autorités médicales adéquates (agence fédérale du médicament) et se garantir contre d’éventuels procès. L’AFP précise que 700 pièces sont nécessaires à la fabrication des respirateurs. Parallèlement, GM commencera à produire, sur un de ses sites de production du Mexique 9 millions de masques. Source Reuters et AFP.

PSA, Valeo, Schneider Electric, Air Liquide unis pour la fabrication de 10 000 respirateurs

Les 4 grands groupes industriels français se sont unis pour livrer entre avril et mai quelque 10 000 respirateurs Air Liquide Medical Systems à la demande du gouvernement français. Les quatre groupes ont réuni une trentaine d’experts pour mettre en place le process qui fait appel, en outre, à une centaine de sous-traitants. Près de 100 fournisseurs assureront l’approvisionnement des 300 composants qui constituent les respirateurs. Les experts achats d’Air Liquide Medical Systems travaillent en binômes avec les experts dédiés par les autres partenaires pour chaque domaine (mécanique et électronique) afin de sécuriser ces approvisionnements tout au long de la mise en œuvre effective du projet. Les cadences de production de certains respirateurs vont être multipliées jusqu’à 70 grâce à la mise en place de 3 lignes supplémentaires, organisées en 3 équipes travaillant 6 jours par semaine. Un pré-assemblage du bloc mécanique des respirateurs sera effectué sur le site PSA de Poissy.  La dernière phase d’assemblage, le contrôle, la libération qualité seront effectués sur le site d’Antony, par les équipes d’Air Liquide Medical Systems. Au titre de son engagement solidaire aux côtés des professionnels de santé et des autorités, Air Liquide s’est engagé à fournir ces respirateurs à prix coûtant et sans répercuter les coûts exceptionnels induits par la mise en place de ce programme industriel inédit. PSA fournira une cinquantaine d’opérateurs, Valeo mettra à disposition de la production une équipe d’acheteurs pour l’approvisionnement des pièces, ainsi que des ingénieurs et Schneider Electric fournira « du matériel permettant la reconfiguration des lignes de production ». Source communiqué Air Liquide et AFP.

Mercedes-AMG HPP participe à la fabrication d’assistances respiratoires

Une aide respiratoire pouvant aider à maintenir les patients Covid-19 hors des soins intensifs, adaptée par les ingénieurs mécaniciens de l’UCL (University College London) et les cliniciens de l’UCLH (University College London Hospitals) en travaillant avec Mercedes-AMG High Performance Powertrains (Mercedes-AMG HPP), a été approuvée pour une utilisation par le NHS (National Health Service, le système de santé Britannique). L’aide respiratoire, connue sous le nom de CPAP (Continuous Positive Airway Pressure – pression positive continue), a été largement utilisée dans les hôpitaux d’Italie et de Chine pour aider les patients Covid-19 atteints d’infections pulmonaires graves à respirer plus facilement lorsque l’oxygène seul est insuffisant. Depuis le mercredi 18 mars, les ingénieurs de l’UCL (University College London), ceux de Mercedes-AMG HPP (High Performance Powertrains) et les cliniciens de l’UCLH (University College London Hospitals) ont travaillé 24 heures sur 24 au centre d’ingénierie de l’UCL, MechSpace, pour concevoir un appareil pouvant rapidement être produit par milliers. Ce dernier a été recommandé par l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA). Source Communiqué Daimler.

Renault sur tous les fronts

Face à la crise du COVID-19, un élan de solidarité fort a rapidement pris forme au sein du Groupe Renault. De l’Espagne au Maroc, de la Roumanie à la France, l’entreprise dans son ensemble s’est engagée au travers d’actions concrètes de dons ou prêts de véhicules, tout en initiant des projets de fabrication de matériel essentiels pour lutter contre la propagation du virus ou venir en aide aux malades. Des dons de masque et de combinaisons ont été effectués aux soignants par les sites industriels Renault de France, d’Espagne, du Portugal, de Slovénie. En Suisse, 100 Renault ZOE ont été mises à disposition de plusieurs organisations d’urgence. Le Ministère de la Santé Roumain s’est vu confier une centaine de voitures Dacia ou Renault, au bénéfice des personnels hospitaliers. Au moment même où dans d’autres pays, des services d’autopartage partenaires du Groupe proposent au corps médical d’utiliser leurs flottes : c’est le cas au Danemark avec le prêt de 400 véhicules électriques du service Green Mobility. Les besoins peuvent également être forts sur le front du transport de malades. Au Maroc, 50 Lodgy, Trafic ou Master ont été spécialement transformés en ambulances pour faire face à la pandémie. En Espagne, 120 employés du Groupe Renault ont créé le mouvement “Renault al rescate” (Renault à la rescousse). Une chaîne de solidarité s’est ainsi créée afin de réaliser des masques à l’aide d’imprimantes 3D. Avec l’aide de ses collaborateurs, le Groupe Renault a fabriqué 30 000 visières en une semaine afin de lutter contre la pandémie dans le monde. L’usine Alpine participe également à ce programme. Par ailleurs, le Groupe participe à la fabrication de respirateurs. Source Renault.

Michelin fabrique des masques chirurgicaux

Dix sites industriels du manufacturier se sont mobilisés pour produire 400 000 masques chirurgicaux de catégorie 1 par semaine, « en coordination avec des partenaires ou des sous-traitants ». La cadence s’accélèrera par la suite, d’autant que des sites en Amérique du nord participeront également à cette initiative clermontoise. Pour Michelin, il s’agit de « de participer activement à la lutte mondiale contre la pandémie de Covid-19″, à la fois en augmentant ses dons de masques aux personnels de santé dans les pays où il est implanté, et « aussi en se donnant les moyens de préserver la santé et la sécurité de ses salariés en les équipant de masques ». Par ailleurs, le manufacturier a aussi engagé la production de visières stérilisables et produit des masques réutilisables à hauteur de 5 millions avant juin. Source AFP / Michelin.

Et aussi chez les autres marques du groupe Volkswagen

Lamborghini, SEAT, ŠKODA et Volkswagen Véhicules Particuliers travaillent également sur d’autres fournitures médicales. Volkswagen Navarra (Espagne) a déjà commencé, la semaine dernière, à produire des masques de protection et en a donné environ 1000 unités au gouvernement de Navarre. En collaboration avec la ’Technical University’ de Pragues, ŠKODA a développé un processus d’impression 3D permettant de produire des masques respiratoires FFP3 réutilisables. Le Ministère de la Santé tchèque les distribue aux médecins, aux hôpitaux et au personnel soignant. Lamborghini transforme, de son côté, son usine de production de Sant’Agata Bolognese afin de produire des masques chirurgicaux et des écrans de protection en plexiglas. Les masques seront donnés à un hôpital de Bologne. SEAT travaille actuellement sur plusieurs projets, dont la production d’un respirateur mécanique qui sera assemblé à Martorell et de divers modèles de masques de protection, toujours en attente d’homologation. Au sein du Groupe Volkswagen, un groupe de travail dédié de plus de 30 experts dirige l’impression 3D. « Nous coordonnons les cahiers des charges, le matériel, les logiciels d’impression et le déploiement des ressources humaines au sein du Groupe », indique Gero Corman, en charge de l’Innovation Digitale du Groupe Volkswagen.

Réagir

Your email address will not be published.