Dompter les réseaux

Dompter les réseaux

De plus en plus de garagistes investissent les réseaux sociaux pour gagner des clients et en fidéliser d’autres. L’avantage : pouvoir réaliser des communications gratuites aux résultats immédiats. Petit précis du bien communiquer sur les réseaux sociaux en 7 étapes.

On partage tout sur les réseaux sociaux : ses états d’âme, ses amours, ses emmerdes et le dernier bon plan du voisin. Mieux : à force d’intégrer les réseaux dans notre paysage quotidien, nous avons fini par en faire l’un des principaux vecteurs de communication des marques. Et pour cause : les consommateurs que nous sommes passent des heures sur la Toile. Selon une récente étude de GWI et We Are Social, Digital Report 2022 Global Overview, un internaute mondial « type » consacre près de 7 heures (6 h 58 exactement) par jour à surfer sur Internet via son Smartphone ou encore son ordinateur. Un chiffre hallucinant lorsque l’on considère qu’il représente 40 % de la « vie éveillée » d’un individu ! Énorme. Et évidemment, les réseaux sociaux sont loin d’être quantité négligeable dans cette « vie virtuelle ». Pour preuve, We Are Social estime dans son étude que le temps passé sur les réseaux sociaux représente 35 % de l’activité d’un internaute en ligne. Soit l’équivalent de 2 heures et 27 minutes en moyenne par jour. Or, même si l’étude pointe du doigt une légère baisse de l’utilisation des réseaux depuis le début de la pandémie de Covid 19 – et oui ! – ces derniers continuent de rassembler les internautes du monde entier qui devraient tout de même passer quelques 4 billions d’heures à utiliser ces plateformes communautaires en 2022. 

Bref, personne n’y échappe : nous sommes tous des « webivores ». Et le milieu de l’automobile n’échappe évidemment pas à la règle. L’Aftermarket non plus.

Ainsi, en mars 2021, le comparateur de garages en ligne Vroomly et Poll & Roll dévoilaient-ils une étude édifiante sur le comportement des automobilistes en recherche d’entretien et de réparation automobile. Sur 1 000 personnes interrogées, plus de la moitié disait sélectionner les professionnels de l’entretien auto selon leurs informations renseignées au préalable sur internet. Types de prestations réalisées, prix, choix du garage, renseignements sur les achats de pièces détachées ou sur les pannes…tout y passe. Rien n’échappe à l’internaute. Selon cette étude, les automobilistes consultent en moyenne 2,5 sites lors de leurs recherches. Moralité, en plus d’avoir son propre site internet, il devient donc primordial pour le professionnel de la réparation d’apparaître sur des comparateurs de garages, d’utiliser les réseaux sociaux et d’augmenter au maximum sa visibilité pour ne pas passer inaperçu sur la toile. En 2020, 50 % des français de plus de 18 ans auraient renoncé à se rendre dans un garage à cause du manque d’informations disponibles en ligne. 

Or, justement, les réseaux sociaux sont l’un des meilleurs moyens, pour un garagiste, quel qu’il soit, de communiquer auprès du plus grand monde, voire de se faire connaître…et ce pour des sommes très modiques, quand la démarche n’est pas totalement gratuite. Au-delà de cette quasi gratuité, les avantages à être présent sur les réseaux sociaux pour un garagiste sont nombreux :  augmenter le trafic sur son site Web lorsqu’il en a un ou, à défaut, dans son garage, développer sa visibilité au niveau local, créer ou affirmer l’identité de son entreprise et fidéliser ses clients grâce à des promotions. Voici, en 7 points, la stratégie à adopter et les trucs et astuces délivrés par Maryline Merlier, Responsable Marketing et Relation Client chez NGK Spark Plugs France, pour exploiter, à fond, les bienfaits des réseaux sociaux…

1 Se poser les bonnes questions

Comment valoriser son garage ? Faut-il essayer d’engager sa communauté autour de ses produits et services, ou bien les faire rêver avec des photos de belles voitures, comme les marques automobiles ? Qui est exactement ma cible ?… Avant de créer sa page Facebook ou Instagram il est important de se poser les bonnes questions et de savoir ce que l’on veut atteindre comme objectif, auprès de qui et surtout ce que l’on a vraiment envie de mettre en avant. « Par exemple, si vous voulez faire des ventes ou attirer des clients, il faut que le garagiste sache ce qui va les attirer, ce qu’ils veulent entendre ou voir. Il faut aussi savoir miser sur les spécificités du garage et sur sa valeur ajoutée. Par exemple, certains garages sont spécialisés dans les véhicules atypiques, dans des réparations spécifiques, etc. Et c’est cette marque de fabrique qui doit être valorisée sur les réseaux sociaux. Ces éléments de départ sont essentiels car une fois que le garage sait quelle clientèle il va cibler et comment il va le faire, il va pouvoir aller chercher qui sont ses propres influenceurs et donc créer une communauté autour de sa page ».

2 Partager et impliquer !

Tout l’avantage des plateformes communautaires, c’est justement de pouvoir s’adresser très facilement à ses « followers » afin de créer une véritable communauté. Or, le meilleur moyen de créer ladite communauté, c’est justement de connecter ses fans entre eux : qu’ont-ils en commun ? Qu’est-ce qui les fait rêver ? Qu’est-ce qui leur inspire confiance ?… Il ne faut donc pas hésiter à partager des post qui peuvent faire rêver les fans (actu des constructeurs, photos de belles autos, etc.) et à nouer avec eux une sorte de connivence en les impliquant dans vos communications et en leur demandant leur avis. Pour Maryline Merlier : « Ce qui fonctionne vraiment bien c’est de faire un mix entre son propre contenu et du partage de contenu viral. Sur Facebook il y des pages de marques emblématiques, des influenceurs importants qui ont une grosse communauté, beaucoup de like, beaucoup de commentaires. Donc ponctuellement, quand une communication vous plaît ou qu’elle est en lien avec votre ADN, ou avec un message que vous voulez faire passer, il ne faut pas hésiter à partager la communication de la page en question pour augmenter votre visibilité. Concrètement donc, pour exister sur les réseaux sociaux, un garagiste doit partager pour créer une communauté et engager d’autres garagistes ou d’autres marques. Mais attention, il ne s’agit pas de cliquer du contenu ou de le copier, mais juste de le partager de temps en temps. Cela peut être une petite clé, pour, dès le départ, gagner de l’audience ». 

3 Privilégier l’image et la vidéo

En matière de contenu, il est préférable de privilégier l’image et la vidéo car ce sont les supports qui suscitent le plus d’engagement, notamment sur Facebook et Instagram. Vous pouvez lancer des jeux et concours, parler de vos actualités pour valoriser votre activité. D’après les spécialistes de la communication sur les plateformes communautaires, il ne faut pas chercher à faire la promotion de vos produits directement, mais plutôt de trouver un ton adapté et qui vous est propre, pour communiquer sur les valeurs de votre entreprise plutôt que sur vos services ou produits. « Ce qui est important également, précise Maryline Merlier, c’est le wording et le visuel. Il ne faut pas hésiter à créer sa propre identité graphique (typo, personnage récurrent, ton employé) pour être facilement reconnaissable. Ensuite, les photos ou la vidéo, lorsqu’elles sont prises in situ, permettent d’avoir accès à un contenu facile à réaliser et qui plaît beaucoup aux internautes qui, même sur les réseaux sociaux, ont soif d’authenticité, de réalisme, de proximité ».

4 Pratiquer le hashtag

Il ne vous aura sans doute pas échapper que chaque post publié sur un réseau social, quel qu’il soit, est assorti d’un « hashtag » ou « mot-dièse », pour les plus francisés. Il s’agit là d’un mot-clé précédé du symbole dièse « # »  que les internautes utilisent sur les réseaux sociaux pour identifier un sujet ou une thématique et donner plus de visibilité à leurs publications. Il ne faut donc pas hésiter, là encore, à faire un petit tour sur les réseaux afin d’identifier quels sont les mots-clés qui fonctionnent le mieux par rapport aux thématiques de vos post afin d’être encore plus visible.

5 Communiquer régulièrement

Devant les millions d’utilisateurs des plateformes communautaires, pour exister, mieux vaut être présent. Et pour être présent, il faut être régulier. Poster une publication tous les mois ne suffit pas. Seule l’assiduité paye. « Il est essentiel de communiquer régulièrement. Pour moi le minimum c’est deux fois par semaine, car c’est un peu comme avec Google. Sur Google, pour être référencé en 1ère page, il faut avoir les bons mots clés, le bon champ lexical et qu’un maximum de gens clique sur votre site. Ce sont les conditions sine qua none pour qu’il soit en tête sur le moteur de recherche. Sur les réseaux c’est la même chose. Sur Facebook et Instagram, des algorithmes proposent à l’internaute des publications en lien avec ses centres d’intérêt. Mais pour que ces publications soient recensées, elles doivent être likées donc avoir une certaine notoriété. Or, si vous avez 2 fans ou 3 like par mois, naturellement, votre communication ne va pas remonter dans les fils d’actualité. Cela peut paraître anecdotique, mais communiquer régulièrement est l’une des clés de la réussite sur les réseaux sociaux ». 

6 S’aménager du temps pendant et après

Soyons clairs : si la présence de votre entreprise sur les réseaux sociaux ne vous coûtera rien, a priori, il faut tout de même y consacrer un peu de temps. « L’avantage de Facebook pour des petites structures c’est que finalement avec peu de moyens financiers, on peut y aller. Mais cela demande tout de même un peu de moyens humains », précise Maryline Merlier. Et au-delà du temps passé à réaliser vos publications et à entretenir votre communauté, il est nécessaire également d’être en mesure d’assumer le surplus de travail apporté par vos communications sur les réseaux. Si le planning de votre garage est déjà plein et que vous ne pouvez pas gérer les clients que vous apporte votre présence sur les réseaux : attention ! Des commentaires négatifs trop récurrents peuvent être dommageables pour votre entreprise et, sur Internet, tout va très vite. 

7 Investir un peu pour gagner beaucoup

Ouvrir une page et communiquer sur un réseau social, nous l’avons dit : c’est gratuit…à la base. Mais si l’objectif de cette présence sur les réseaux est d’aller chercher du prospect et donc de se faire connaître, il peut être pertinent, en tout cas au début, d’investir un peu d’argent sur des post sponsorisés. Cet investissement, de l’ordre d’une cinquantaine d’euros permet de cibler très finement l’audience à laquelle vous souhaitez adresser votre publication (zone de chalandise, cible par centre d’intérêt, etc.). Or, plus l’audience est ciblée, plus vous touchez de prospects et plus vous êtes en mesure de convertir du monde. « Par exemple, explique Maryline Merlier, nous avons investi 100 euros dans un post sponsorisé pour un jeu concours et là où habituellement, pour une communication qui fonctionne bien, nous faisons 3 000 à 4 000 vues, nous avons fait 50 000 vues ! ». Un petit investissement, donc, mais qui peut rapporter gros ! 

 

François Ajhon, dirigeant du garage auto’répare à le cannet des maures (83)

« Le tout, c’est de bien connaître son métier et d’avoir envie de le partager ! »

Comment avez-vous commencé à utiliser les réseaux sociaux pour votre communication ?

Électricien automobile de formation, j’ai monté ma première affaire en 2004 avec le réseau Bosch Car service mais j’ai dû faire une cessation d’activité après plusieurs années. En 2013, j’ai ouvert mon garage Auto’Répare. Mais entre ces deux aventures il s’est passée une année durant laquelle j’ai réfléchi à la manière dont je pouvais développer un garage tout en restant complètement indépendant. Du coup j’ai commencé à communiquer un peu avec de la petite publicité sur des flyers puis sur les réseaux sociaux. Et aujourd’hui c’est devenu une habitude. Régulièrement, j’essaie de publier une nouvelle information, une promo, des post pour expliquer des choses liées au métier de garagiste et à l’automobile…

Pourquoi les réseaux sociaux ?

Ils permettent déjà de capter immédiatement toutes les personnes que l’on connaît et qui nous suivent. Du coup lorsque l’on met des publications, si cela leur plaît, ils partagent et/ou commentent. C’est, je pense, une manière efficace et rapide de communiquer auprès de plusieurs personnes, même si cela n’apporte pas toujours que du bon et qu’il faut rester vigilant. Mais c’est globalement un moyen de communication dont je suis très satisfait puisque je suis présent sur un grand nombre de réseaux : Twitter, Tokster, Facebook, LinkedIn, Instagram, Pinterest, j’ai également une chaîne YouTube, une page sur Yelp, un Blog et un site Internet.

Concrètement quels types de messages les réseaux sociaux vous permettent-ils de passer ? 

C’est à la fois une vitrine pour mon garage et une manière de montrer en quoi consiste mon métier. A la base, mon but était de faire connaître le garage qui, au début, n’avait pas un emplacement idéal. Il était donc impératif pour nous de faire de la communication pour que les gens nous cherchent et nous trouvent. Et cela nous a plutôt réussi. Nous avons fini par déménager notre activité mais nous continuons toujours à faire de la communication sur les réseaux avec des promotions personnelles, de la communication, de l’argot des mécaniciens, des pièces… L’idée étant d’entretenir notre image et notre présence auprès de nos clients mais aussi d’attirer des prospects. Je tiens d’ailleurs à préciser que nos promotions ne sont pas négociées avec nos fournisseurs. Pour les mettre en place, nous jouons sur nos propres marges !

Les réseaux ont la réputation d’être gratuits mais combien de temps y passez-vous ?

Disons qu’avec l’aisance que j’ai aujourd’hui, cela ne me prend pas un temps fou. Bien sûr il faut prendre le temps de créer cette communication. Personnellement, je fais cela après ma journée de travail, une fois que j’ai pris le temps de décompresser. Je vais sur un site de création qui s’appelle piZap et, en partant d’une base, je fais du collage ! Je pars généralement d’une image ou d’un mot qui me séduit lorsque je me balade sur internet. C’est cela qui m’inspire et me permet de créer ensuite mes propres publications. Globalement, faire une publication me prend environ 4 heures…répartis sur plusieurs jours. Mais quand je fais cela, je m’amuse !

Quels conseils donneriez-vous aux garagistes qui veulent se lancer ?

D’oser ! Même s’ils n’ont pas une grosse dose d’imagination, je pense qu’ils sont tous équipés d’un portable pour prendre des photos dans leurs ateliers et sont en mesure d’y ajouter du texte sympathique comme « nous avons travaillé sur tel problème », « sur telle voiture »…ça peut être plein de choses, ce sont des petits moments qui peuvent être partagés et attirer l’œil de potentiels clients. Le tout, c’est de bien connaître son métier et d’avoir envie de le partager ! Et puis il ne faut jamais oublier que les réseaux ne servent à rien si l’on n’y est pas actif. Plus on participe, plus il y aura du monde derrière vous et ensuite, cela fait boule de neige ! 

En termes de clientèle, qu’est-ce que cela vous a apporté ?

Les retombées sont facilement mesurables lorsque des clients arrivent dans le garage et me disent qu’ils ont vu les post sur Internet, qu’ils ont vu les avis, et qu’ils viennent parce que ça les a attirés. Alors évidemment c’est très difficile à quantifier avec précision. Mais disons qu’à l’ouverture du garage, même s’il était mal situé, nous devions bien avoir 60 % de la clientèle qui venait via nos publications. 

Réagir

Your email address will not be published.