Driss Guennoun Directeur général de Getcomar et secrétaire général adjoint du Gipam Saloua Guennoun Directeur des opérations de Getcomar

Driss Guennoun Directeur général de Getcomar et secrétaire général adjoint du Gipam Saloua Guennoun Directeur des opérations de Getcomar

Comment se porte la maison Getcomar, qui ne désemplit pas sur le salon ?

Getcomar se porte bien, poursuit son chemin sur les bons rails, et dispose de l’enthousiasme et de l’ambition pour aborder les nouveaux enjeux, avec la même vitesse que le nouveau train à grande vitesse reliant Tanger à Casablanca ! En clair, on va mettre le turbo ! Sans, toutefois, changer la stratégie que nous menons depuis 4 ou 5 ans, à savoir capitaliser sur ce que nous avons acquis avec nos partenaires et poursuivre le déploiement de leurs produits. Une stratégie qui prend en compte ce qui se passe au Maroc. Le marché se structure, tant au niveau des pièces, que des fournisseurs, de l’administration, des clients et aussi au niveau des constructeurs et des équipementiers première monte… C’est le résultat d’une volonté générale et d’une volonté Royale. Getcomar se positionne au sein de ce marché en tant qu’acteur sérieux, disposant de vrais partenaires qui s’investissent à ses côtés, pour conquérir de nouvelles parts de marché. Nous sommes fiers d’être le premier importateur revendeur de pièces à avoir obtenu le label Salamatouna. C’est une reconnaissance du travail que nous avons accompli, et une récompense pour les efforts acharnés fournis par toute l’équipe. Nous sommes peut-être petits par rapport au marché et en PDM, mais grands en notoriété et visibilité stratégique.

Quelles sont vos dernières actualités ?

Depuis la dernière fois que nous avons répondu à Rechange Maroc, nous avons intégré les marques LTM et, plus récemment, Icer en freinage, Icer étant un équipementier espagnol fabriquant des pièces de qualité d’origine. Et pour 2019, nous travaillons sur un autre type de produits, une autre famille, la suspension ! Nous y allons sans précipitation et pour répondre aux demandes des clients. Nous sommes dans la phase d’étude pour déterminer quelle marque répond le mieux aux besoins de nos clients, à notre image. Notre politique, en effet, consiste à ne pas multiplier à outrance les marques à représenter, mais à bien travailler celles que nous avons en portefeuille. Nous nous concentrons sur ce que nous avons et après on voit…

Quelle a été votre motivation principale pour exposer sur le salon ?

Nous faisons en sorte d’être toujours proches de nos clients, et le salon nous en fournit une excellente occasion. Certains d’entre eux que nous connaissons bien au téléphone nous rencontrent physiquement pour la première fois ! C’est précieux. Par ailleurs, cela nous donne l’opportunité de conquérir de nouveaux clients et de discuter avec d’éventuels nouveaux partenaires. Nous sommes très contents de ce que nous avons réalisé pour cette première édition, c’est extrêmement positif pour les prochaines éditions, tous les deux ans. Les plus grands opérateurs, dans leur majorité, ont exposé cette année et c’est très encourageant pour la suite, d’autant qu’en dehors de l’exercice commercial, technique, avec les panels (les tables rondes thématiques, ndlr), les visiteurs comme les exposants ont pu découvrir les nouvelles tendances du marché, et obtenir des informations importantes pour l’exercice de leur métier.

Peu d’équipementiers exposaient en propre, même s’ils étaient là pour vous soutenir, quel est votre avis sur la question ?

Je ne suis pas convaincu qu’il soit nécessaire que les fournisseurs prennent des stands eux-mêmes. Notre partenariat repose sur le fait que nous soyons présents face à nos clients, ils n’ont pas besoin d’être là en propre, puisque nous faisons le travail en présentant les produits et les techniques. Mais ils sont, bien sûr, libres.

Vous êtes le premier dans votre « catégorie à avoir obtenu le label « Salamatouna » quels commentaires portez-vous sur cette démarche ?

Nous sommes très contents de constater que les pouvoirs publics respectent leurs engagements. Cela va très vite et nous sommes vraiment heureux des changements qui s’opèrent. Le gage de sérieux que le label Salamatoua nous confère est bien réel. Ainsi, nous nous rendons compte qu’au niveau des contrôles, nous avons gagné en souplesse, en confiance également, nous ne sommes pas embêtés et l’administration nous respecte.

En tant que membre du bureau du Gipam, êtes-vous satisfait de l’évolution de l’association ?

Nous avons réalisé deux grands projets, « Salamatouna », d’une part et le salon, Moroccan Automotive Technologies en quelques mois, nous avons de quoi être satisfaits ! Nous sommes une association très jeune, dont les membres sont sérieux et très actifs, cela se traduit par une réussite et une incitation à aller plus loin dans la professionnalisation du secteur, dans son bon fonctionnement.

   Propos recueillis par Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.