Driss Guennoun, élu président du Gipam

Driss Guennoun,  élu président du Gipam

A l’issue des élections du Gipam, le 22 septembre dernier, Driss Guennoun, directeur général de Getcomar, a pris les commandes du groupement Gipam et constitué un nouveau bureau, avec l’aval des membres. Une excellente opportunité pour revenir sur les missions du Gipam, qu’entend poursuivre Driss Guennoun dans le sillage de Mohamed El Housni, le président sortant, et dans l’esprit d’ouverture que l’association professe.

Renouveler tout en gardant ce qui a constitué l’esprit des débuts du Groupement Interprofessionnel de l’Automobile au Maroc, tel a été le mot d’ordre qui a présidé à la constitution du nouveau bureau, trois ans après sa création. Le mandat de président arrivant à échéance (tous les trois ans, selon les statuts) Mohamed El Housni, président sortant avait fait savoir son vœu de ne pas se représenter, afin de permettre à un nouveau président de s’exprimer et de renouveler l’association. Une décision saluée par les membres reconnaissants pour le travail accompli et la volonté de toujours se remettre en question, l’ADN du Gipam. Driss Guennoun s’est alors porté candidat, avec un programme qu’il considère, lui-même, comme « entrant dans la continuité de la précédente mandature avec une volonté affichée de poursuivre l’ouverture vers l’ensemble de la filière, Toute la filière de l’après-vente automobile, et d’inscrire le Gipam comme partie prenante des décisions de l’automobile dans son ensemble, et garant de la défense de ses membres ». Une position qui se traduit déjà dans la constitution du bureau, orchestré autour des membres historiques et des principes de l’origine mais organisé autour de trois piliers forts, vecteurs des actions du GIPAM.

Un bureau constitué de trois pôles

« Les trois pôles existaient à l’origine, nous explique Driss Guennoun, nous les formulons plus nettement en créant des branches opérationnelles avec des responsables reconnus de la profession ». Autour du président Driss Guennoun, nous découvrons trois vice-présidents, Ezzohra Samouh, directrice générale d’Electra, qui prend la vice-présidence Industrie, Chakib Hafyane, directeur général de Kaufmann et de Standard Auto, Vice-Président en charge de la branche Services, et Omar El Idrissi, directeur général d’Autoplus (Maghreb Accessoires) qui pilote la branche Distribution. Comme le précise Driss Guennoun, « cette composition montre notre désir de mettre tout le monde autour d’une même table pour faire des propositions, les partager et discuter avec les institutions et les autres associations, de manière à soutenir la filière après-vente automobile dans toutes ses composantes. » Mohamed El Housni (Copima) devient Trésorier général avec comme Trésorier adjoint, Saad Benamour (Hopic). Un secrétaire général « distribution » en la personne de Jamal Mikou (Somadeco) ainsi qu’un secrétaire général « Industrie » en la personne de Mohamed Ali Bani (Misfat) viennent compléter ce bureau aux fortes ambitions. « Nous voulons intégrer un maximum de personnes dans le groupement et notamment dans la branche Services, qui mérite plus d’adhérents (notamment les centres de réparation rapide, les enseignes, etc.). De la même façon, nous sommes en train d’enregistrer plusieurs nouveaux membres dans la branche Industrie et nous avons un plan d’actions en route pour étoffer ce groupe, car il est impératif d’encourager l’industrie locale, de la promouvoir, de la faire connaître. Nous comptons même faire entrer des importateurs au niveau de certains produits. Tous les partenariats sont les bienvenus et nous voulons défendre tout le monde, tous les professionnels qui exercent leur métier dans les règles de l’art, quelle que soit la place qu’ils occupent dans la filière. »

Rassembler et agir pour la filière

Poursuivre l’action du Gipam initiée ces trois dernières années s’avère toujours aussi capital pour Driss Guennoun qui rappelle les enjeux, à commencer par essayer d’y voir plus clair sur la question des modalités de contrôle avec les laboratoires comme Dekra Veritas et de positionner le Gipam comme un interlocuteur de poids auprès de l’institution. Il en est de même pour le label Salamatouna dont le Gipam se veut un partenaire actif depuis l’origine. Il sera aussi question de travailler sur l’assainissement du marché et sa professionnalisation autour de plusieurs axes, l’un d’entre eux consistant à animer un comité d’information sur les mauvais payeurs « chroniques ». Ces différents travaux mèneront directement à l’établissement d’une charte du métier et devrait-on dire des métiers de l’après-vente automobile, de l’importation jusqu’au client final, l’automobiliste. Pour ce faire Driss Guennoun réaffirme sa volonté d’être en contact permanent avec les associations des revendeurs pour une meilleure concertation. Du consommateur de la pièce à son fabricant, il n’y a qu’un pas que le nouveau président franchit aisément en voulant consacrer tous ses efforts à la promotion de la fabrication locale, à la mise en valeur de leurs produits. Il sera soutenu par les membres de la branche Industrie, Electra, Gaupa, Misfat ou encore Flexi Ressorts (pour nommer que ceux-ci à ce jour).

Il va sans dire que le Gipam, partie prenante de la grande famille de l’automobile, compte entretenir les meilleures relations avec les autres associations professionnelles comme la Fédération de l’Automobile au sein de la CGEM, l’Amica, le GPLC, etc. « Nous sommes ouverts et motivés pour faire avancer la filière dans le bon sens, et cela passe par des échanges constructifs entre les différentes associations, pour que tout le monde soit représenté auprès des institutions et que tous soient protégés dans l’exercice de leur métier » précise une nouvelle fois Driss Guennoun.

Un président et surtout un professionnel

Peu enclin à utiliser le terme de président, lui qui se reconnaît plutôt dans l’action que dans la représentation, préférant l’échange aux titres, Driss Guennoun est un chef d’entreprise entreprenant dont l’expérience saura, à l’instar de Mohamed El Housni, apporter beaucoup à l’association. Aujourd’hui, comme ces pairs, il tente de faire bonne figure grâce à la crise sanitaire qui a amputé son chiffre d’affaires, pendant trois mois, de manière sérieuse, comme beaucoup d’autres. Relativisant les choses, il s’estime plutôt chanceux d’appartenir à un secteur stratégique face à d’autres secteurs comme l’hôtellerie, la restauration ou l’événementiel qui souffrent bien davantage. Néanmoins, alors que la reprise se dessine sur ces trois derniers mois, il regrette le nombre d’impayés qui ont fait beaucoup de mal à la profession, des impayés pas forcément justifiés par la situation. « Il y aura un avant et un après Covid, période qui nous a obligés à regarder en face nos réseaux et à prendre des mesures pour travailler avec les gens de qualité et sortir les profiteurs. Nous avons bénéficié de la compréhension de grands équipementiers internationaux qui ont accepté de nous accorder des délais de paiement supplémentaires pour nous aider, qui ont répondu à nos demandes qui ont été à nos côtés, parce que nous avons entretenu un partenariat de qualité depuis longtemps. Nous en avons fait profiter nos clients qui étaient dans des situations difficiles et avons dû opérer des sélections drastiques, parce que certains n’ont pas été honnêtes avec nous. On apprend beaucoup dans ces situations et cela servira aussi d’expérience pour aborder la professionnalisation de la filière au sein du Gipam », poursuit Driss Guennoun. Et si on parlait du salon M.A.T. ? « Le salon est bien sûr toujours à l’ordre du jour, mais le manque de visibilité lié à l’évolution de la crise sanitaire ne nous permet pas encore d’en fixer la date. Dès que nous y verrons plus clair, nous communiquerons sur cet événement qui nous tient à cœur » commente le nouveau président.

Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.