Du savoir-faire de l’atelier au bénéfice de l’importation des pièces

Du savoir-faire de l’atelier au bénéfice de l’importation des pièces

Fondateur de Soulaymane Pièces Autos, une société d’importation de pièces détachées automobiles, Aziz Bouamama a rejoint le Gipam pour conforter son passage de l’atelier à l’importation des pièces en parfaite condition. Il travaille déjà sur le concept Salamatouna avec, comme parrain, pourrait-on dire, Driss Guennoun. 

A l’origine, Aziz Bouamama exploite un atelier de mécanique, dont le nom s’avère très symbolique de son activité : Auto Mecano Diag. Presque tout est dit dans le titre de son établissement d’Agadir. Tout est dit, parce que pendant plus de 15 ans, il a appris à connaître l’automobile, les moyens de la réparer et les techniques pour la diagnostiquer. Mieux que cela, il a engrangé le nom des références de pièces, les techniques d’identification et aussi comment séparer les mauvaises pièces des pièces de qualité et du premium. Il se montre éclectique et sait de quoi il parle, ainsi quand on lui demande, par exemple, de quel outil de diagnostic il se sert, Aziz Bouamama répond ainsi : « En multimarques, j’utilise Launch et Autocom, mais pour les Renault, je prends le Clip, pour Volkswagen et pour Peugeot, les outils spécifiques des marques. Depuis 2010, environ, nous sommes nombreux à nous être équipés en outils de diagnostic sur Agadir, ne serait-ce que pour la lecture des codes défaut, reprogrammer les pièces défectueuses, effacer le tableau des erreurs ou remettre à zéro le système. » Mais le diagnostic n’est pas tout, et la réparation nécessite, en plus de la compétence technique, une bonne connaissance des pièces et de leur disponibilité. C’est ce qui l’a engagé à commander lui-même les pièces pour son atelier puis pour celui de confrères. C’est ainsi que la société Soulaymane Pièces Autos est née – du nom de son fils, pour la petite histoire – en 2014. Une entreprise créée à l’origine « pour répondre aux besoins de son atelier », un objectif, une démarche qui résonnent comme la marque de fabrique de Aziz Bouamama.

Importer pour répondre à un besoin

Au début, Aziz Bouamama a commandé ses pièces auprès des importateurs de référence comme Getcomar, ou Copima, puis il a commencé à importer les pièces en fonction de la demande, comme il l’a expliqué à Rechange Maroc : « Avant, nous achetions les pièces auprès des grands importateurs puis nous nous sommes mis à acheter directement auprès des usines. Nous importons depuis les pays d’Europe et de la Turquie des pièces de qualité premium et en direct des usines pour être sûr de la traçabilité des pièces et des garanties. Je n’ai pas choisi les familles de pièces au hasard mais j’ai répondu à la demande du marché et c’est pourquoi, aujourd’hui, Soulaymane Pièces Autos compte 11 fournisseurs en portefeuille, parce que j’ai intégré petit à petit de nouvelles gammes. Pour être sûr de pouvoir bien les représenter, je n’en ai pas référencé plus d’une ou deux par an. Et à chaque fois, cela a été pour répondre à un besoin. En revanche, pour choisir les fournisseurs, je savais ce que je voulais et où aller et notamment pour trouver les pièces pour les véhicules allemands sur lesquels je travaillais le plus, les Mercedes, les Volkswagen… Comme j’avais démonté et remonté les pièces pour ces véhicules, je connaissais bien les références et comment distinguer les pièces de qualité ».

Des fournisseurs de qualité premium

« Qualité – Disponibilité – Prix » tel apparaît le slogan de la société présent sous le logo de Soulaymane Pièces Autos, un slogan qui définit également la politique d’Aziz Bouamama en termes de sélection des fournisseurs : « Lorsque j’ai défini la demande du marché, je recherche les fournisseurs avant tout pour la qualité des pièces et de leur disponibilité, les conditions et les prix viennent après, même si j’y attache beaucoup d’importance. Si nos prix sont trop élevés, nous sortons du marché et ce n’est pas parce que nous commercialisons des pièces d’origine ou de qualité d’origine que nous devons afficher des tarifs élevés. Mon expérience dans l’atelier m’aide aussi dans mon comportement à l’achat ». Et Aziz Bouamama de mettre en avant ses équipementiers fournisseurs en avant sur son site internet (http://soulaymane-pa.com/) dans lequel il les présente un par un. Nous pouvons ainsi les citer en toute transparence : A-N Parts (Bougies de préchauffage), Icer Brakes (plaquettes de frein), Geba (pompes à eau), Oximo (Essuie-glace), Partex (Pièces de suspension), Rapro (Pièces en caoutchouc) RTS sa (Pièces de direction et de suspension), Trifa (Lampes) ou encore Türlas (Durits pour turbos). En attendant d’autres à venir – sélectionnées dans le domaine des consommables, plus aisées à vendre et ne nécessitant pas d’interventions lourdes – mais la crise a ralenti le sourcing d’Aziz Bouamama, qui a besoin de visiter les usines en Espagne, Allemagne, France, Pologne ou Turquie, où il s’approvisionne principalement. Un temps « libre » qu’il a consacré à son entrée au Gipam.

Toujours plus professionnel

Se revendiquant comme un ami de Driss Guennoun auquel il voue un grand respect comme à sa sœur, Saloua Guennoun, un ami qui l’a aidé et encouragé dans son désir de devenir importateur, il a décidé de le rejoindre au sein du GIPAM (Groupement interprofessionnel de l’Automobile au Maroc), non pas pour faire plaisir mais pour mieux maîtriser le métier, et participer à l’effort de professionnalisation qui définit le groupement, comme il l’exprime sur son site « Le Gipam a pour vocation de défendre les intérêts de ses membres en militant pour une meilleure organisation de la distribution des pièces de rechange automobile et sa modernisation ». Il ajoute : « L’atelier m’a appris beaucoup de choses et s’avère très prenant, je voulais passer à l’importation et à la distribution. Driss Guennoun puis le Gipam m’ont aidé et je leur en suis reconnaissant. C’est aussi sur leurs encouragements que je me suis lancé dans l’obtention du label Salamatouna qui participera à la notoriété de Soulaymane Pièces Autos comme une entreprise sérieuse et respectueuse des normes. Plus on se développe, plus on a besoin de se structurer et de professionnaliser ses démarches dans tous les domaines de l’activité », commente Aziz Bouamama. Un bel exemple de réussite !

hd

Réagir

Your email address will not be published.