Etude de marché

Etude de marché

IHS Markit énumère les atouts de l’industrie automobile. Le cabinet américain fait ressortir les potentialités de l’industrie automobile au Maroc qui est au cœur d’un environnement changeant.

Le Maroc veut se positionner sur l’échiquier de l’industrie automobile régionale voire mondiale. Des appétits qui s’avèrent ambitieux mais vu le taux de croissance annuelle à deux chiffres à l’égard de la création d’emploi et de l’exportation, ce secteur stratégique dans la politique industrielle nationale a de bons atouts qui ont permis d’attirer deux constructeurs de taille (Renault/Nissan et PSA) et qui vont bientôt être rejoints par un troisième groupe fabricant de voitures. Et ce sans oublier l’implantation de grands équipementiers fournisseurs des deux constructeurs.

 «Le positionnement du Maroc en tant que plateforme de production et d’exportation d’équipements et de véhicules automobiles est conforté par les implantations de groupes étrangers de renom tels que RENAULT, SNOP, GMD, BAMESA, DELPHI, YAZAKI, SEWS, SAINT-GOBAIN et plus récemment PSA Peugeot Citroën», précise le Ministère de tutelle.

La question qui se pose maintenant est la suivante : l’offre marocaine est-elle compétitive et attrayante ? Selon une étude dévoilée par le cabinet IHS Markit et présentée, lors d’une convention organisée par Attijariwafa bank, en partenariat avec l’AMICA, la réponse est oui.

Des avantages non négligeables

D’après les éclaircissements apportés par Michel Jacinto, EMEA Vehicule Sales Forecasts chez IHS Markit, le Maroc devance l’ensemble des pays d’Afrique et du Moyen Orient et performe aussi bien que les pays d’Asie. Par ailleurs, le Royaume est proche des standards européens. «Des efforts sensibles ont été réalisés, il faut continuer dans ce sens», souligne Michel Jacinto.

Pour atteindre ces niveaux de performance, le Maroc jouit d’une position géographique préférentielle, entre l’Europe et l’Afrique en plus de ses forces reconnues, à l’échelle régionale et même mondiale, notamment un secteur industriel fort, une expérience confirmée, une capacité de production installée.

Le cabinet, qui table sur une croissance de 4% du Maroc, pour les prochaines années, énumère également les atouts du Royaume. Il s’agit de la solidité du secteur bancaire et de celui des assurances, la stabilité politique et économique, les grands projets d’investissements initiés dans le port de Tanger Med et dans les rails, un marché de travail compétitif…

Le vrai challenge sera d’améliorer le processus de fabrication, la productivité et de faire baisser les coûts.

A noter qu’en matière de prévisions mondiales, la Chine et les pays de l’Asie accaparent 70% des productions additionnelles futures, précise IHS Markit. Par ailleurs, la production en Russie et en Iran vont également accroître.  

N.D.

Réagir

Your email address will not be published.