GIMA : une histoire de 80 ans avec la pièce de rechange

GIMA : une histoire de 80 ans avec la pièce de rechange

Opérant dans le secteur de la pièce de rechange, Benissa Sbaghi, propriétaire de la société GIMA ou Groupement Industriel Métallurgique Africain, importe et distribue des pièces automobiles au Maroc depuis 1973.

Fondée en 1943, GIMA est une société d’importation et de distribution de pièces de rechange qui a été rachetée par Benissa Sbaghi en 1973, après qu’il a vendu son atelier automobile à Volvo, le ’’City Garage’’. « C’était un des plus grands garages de Casablanca, il est encore ouvert et se trouve toujours au même endroit. Je l’ai géré pendant de longues années, ensuite j’ai décidé de me spécialiser dans l’importation des pièces automobiles en achetant GIMA à l’âge de 30 ans », indique Benissa. Aujourd’hui, âgé de 85 ans, Benissa gère toujours sa société à l’aide de ses trois fils, tous diplômés de grandes écoles de commerce. 

GIMA : plus de 50 000 références de grandes marques

Dès le début de l’activité, Gima a souhaité importer uniquement de la pièce de qualité, c’est même devenu sa devise au fur et à mesure du temps. « Nous ne pouvons pas comparer une pièce chinoise avec une autre allemande ou française, la qualité diffère évidemment. Nous importons seulement des pièces de qualité pour la sécurité de nos clients. Chez nous, l’utilisateur est sûr d’acheter une pièce originale et c’est ce qui fait notre force depuis des années », nous confie Benissa, qui ajoute : « Nous ne pouvons pas perdre la renommée de notre société pour gagner une petite misère, en achetant moins cher des marques adaptables ».

Disposant d’un espace de stockage de plus de 1 000 mètres carrés et de 5 points de vente à Casablanca, GIMA offre un panel de marques connues et reconnues sous les latitudes marocaines. Ce sont plus de 50 000 références qui sont importées et distribuées par la famille Sbaghi au Maroc. « Nous importons des articles très consommés au Maroc, nos trois principaux fournisseurs sont ZF, Sachs et Valeo. Nous sommes même les premiers distributeurs de ces marques au Maroc », déclare Benissa, avant d’expliquer dans le détail le choix de tels fournisseurs : « Ce sont des marques qui proposent de la qualité. Valeo est présent dans toutes les voitures françaises et dans bien d’autres véhicules aussi. Il y a que l’emballage qui change, mais à l’intérieur des Peugeot, Renault et Citroën, c’est du Valeo. Pareil pour ZF avec les Volkswagen, Mercedes, Volvo, etc. Ce sont des marques qui fournissent la première monte, d’où notre choix d’importation de ces marques ».

Un objectif bien déterminé pour 2021

GIMA a des perspectives très favorables pour 2021, elle prévoit d’atteindre son chiffre d’affaires de 2019, soit 10 millions de dirhams de plus par rapport à l’année 2020, année où l’activité a été interrompue pendant plus de trois mois. « La vente avait cessé pendant la période du confinement, puis nous avons recommencé tout doucement, comme tout le monde. Nous avons souffert parce que les frais étaient toujours là et nous n’avions aucune entrée. Mais heureusement que le gouvernement était là, il nous a proposé des facilités de financement afin de nous aider à pouvoir redémarrer. En gros, 2020 était une année catastrophique avec le confinement. Cette année est bien sûr meilleure », indique Benissa. 

Un objectif bien précis pour GIMA qui se réalisera grâce à la force de ses points de vente et de ses six commerciaux qui parcourent toutes les villes du Royaume à la recherche de nouveaux collaborateurs. Bien plus que cela, GIMA est sur le point d’importer de nouvelles références, toujours dans la perspective d’élargir son offre et d’augmenter son chiffre d’affaires. « Le monde de la pièce automobile n’a pas de limite, il est difficile d’imaginer le nombre des pièces existantes. Par exemple, rien que Citroën dispose de plus de 15.000 références. De notre part, nous essayons d’importer à chaque fois plus de pièces, surtout cette année, afin d’élargir notre offre et de gagner plus de parts de marché. Nous pensons également à recruter plus de commerciaux », commente Benissa.

GIMA : toutes les pièces sont certifiées

Membre du GIPAM depuis sa fondation, GIMA est également certifiée ’’Salamatouna’’. « Toutes nos pièces sont contrôlées et nous sommes certifiés Salamatouna depuis le commencement. Toutes nos pièces sont homologuées par eux », indique Benissa, qui ajoute que la pièce de qualité se porte plutôt bien en ce moment, car elle est de plus en plus réglementée. C’est en effet depuis l’instauration du certificat de conformité Salamatouna que l’amélioration est visible. « Par ailleurs, il sera de plus en plus difficile d’importer n’importe quoi, tous les importateurs seront obligés d’importer des pièces conformes. L’étiquetage et le certificat Veritas ont, eux aussi, réglementé davantage ce secteur ». 

De la communication digitale en vision

Le grand importateur et distributeur de pièces automobiles possède un site internet qui retrace son historique et son métier. Ce dernier compte bien le développer en le mettant à jour et en travaillant davantage sur toute la partie digitale. « Ce sont mes fils qui vont s’occuper de cette partie-là, ce sont eux qui vont prendre le relais et améliorer la communication digitale de GIMA », conclut Benissa.

Haytam Boussaid

Réagir

Your email address will not be published.