Industrie automobile : Production record pour les deux usines de Renault en 2016

Industrie automobile : Production record pour les deux usines de Renault en 2016

Les plateformes de Tanger et de la Somaca ont produit 345.000 véhicules en 2016. Elles fonctionnent avec une troisième équipe de production pour accompagner la montée en cadence des deux sites dans la production des nouvelles Logan et Sandero. Côté export, 52.000 m3 de pièces ont été sourcées, durant l’année écoulée.

Bonnes performances pour le Groupe Renault au Maroc. D’une part, il maintient son leadership dans le segment de véhicules neufs avec 37,8% de part de marché en 2016, grâce à ses deux marques, Dacia et Renault, respectivement n°1 et n°2 du podium. D’autre part, le volume de production de ses deux usines continue à progresser, tiré par les exportations et par la forte évolution du marché marocain.

« L’année 2016 a été magnifique pour l’industrie automobile au Maroc», a souligné Marc Nassif, Directeur Général de la marque au losange, au Royaume, lors d’un point de presse organisée le 16 janvier, à Casablanca.

Nouveau record de production pour le Groupe Renault Maroc

Selon le top management, la production des usines du Groupe Renault Maroc a atteint les 345.000 véhicules en 2016, dont 273 176 unités à l’usine Renault-Nissan de Tanger et 71 824 autres à l’usine Renault de Casablanca ( la Somaca). Avec ces volumes, les deux usines ont battu, en 2016, leurs records de production.

En 2016, l’usine Renault-Nissan de Tanger a dépassé la barre des 800 000 véhicules produits depuis le démarrage de ses activités en 2012. La Somaca quant à elle a célébré la sortie de son 500 000e véhicule produit depuis 2005, année où le Groupe Renault est devenu actionnaire majoritaire de l’usine.

Pour y arriver, l’usine Renault Tanger et celle de Casablanca, depuis avril 2016, fonctionnent avec une troisième équipe de production pour accompagner la montée en cadence des deux sites dans la production des nouvelles Logan et Sandero.

Exportations en hausse de 18%

Même tendance haussière pour les exportations du Groupe Renault Maroc. Le volume global a atteint 303.892 véhicules en 2016 contre 256.537 en 2015 (+18%), dont 252.981 véhicules produits à l’usine de Renault-Nissan de Tanger, soit 93% de la production de l’usine tangéroise et 50.911 véhicules à l’usine Renault de Casablanca, soit 71% du volume annuel de la Somaca. L’Egypte, la Turquie, les pays du Golf et la Tunisie arrivent en tête des pays importateurs des modèles produits à la Somaca.

Par pays, ce sont la France, la Turquie et l’Espagne qui occupent le podium des pays importateurs de la fabrication des deux usines marocaines de Renault.

52.000 m3 de pièces sourcées

Le sourcing affiche également de bonnes performances, selon les chiffres avancés par le groupe. La plateforme Alliance International Logistic Network (AILN) a permis en 2016, l’export de pièces réalisées chez les fournisseurs locaux et à l’usine Renault-Nissan de Tanger, vers d’autres usines de Renault à travers le monde. A travers le port Tanger Med, cette activité a permis des expéditions de 52.000 m3 de pièces sourcées au Maroc vers le Brésil, l’Inde, la Colombie, la Roumanie et l’Argentine. «Le Groupe Renault Maroc contribue activement au développement de la filière automobile, n°1 au rang des exportations dans le Royaume», précise le constructeur.

Écosystème Renault : Des avancées notables

Les réalisations de 2016 et le développement de la filière automobile avec l’arrivée de nouveaux fournisseurs contribuent à l’atteinte des objectifs que Renault a pris en avril 2016 dans le cadre du contrat de performance de l’Écosystème Renault. «Le Groupe Renault Maroc a rayonné en 2016 à travers ses performances chiffrées mais également par son action majeure pour le développement de l’industrie automobile du Royaume via la signature de la Convention Écosystème avec l’État Marocain», a précisé Marc Nassif, Directeur Géneral du groupe. Et d’ajouter : «le Groupe s’est aussi distingué par ses actions de ruptures dont notamment le partenariat avec la COP22 pour la promotion du véhicule 100% électrique, un des axes de développement de l’industrie automobile dans le futur».

Côté perspectives, le top management se frotte déjà les mains. L’année 2017 s’annonce prometteuse. «Cette année devra continuer à un rythme soutenu», a conclu le DG de la marque au losange.   
N.D.

Réagir

Your email address will not be published.