« La transition vers le digital est mondiale »

« La transition vers le digital est mondiale »

Pour illustrer la question de la transition numérique en entreprise et en Algérie, nous avons demandé à Rayan Akroune, directeur marketing d’A&M Distribution de nous parler de son expérience au sein de la société et ses répercussions au niveau national comme au niveau international. 

« L’optimisation des process est devenue une priorité pour toutes les entreprises et cette optimisation, tant au niveau de la gestion, de la production que de la communication et du markéting passe obligatoirement par une transition digitale que l’on voit s’opérer dans le monde entier. Si l’Algérie a accusé quelques retards au début et manque encore de structures de monétisation efficaces par Internet (le e-monétaire), on assiste à une transition vers le numérique qui prend de l’ampleur » commente Rayan Akroune, avant de révéler comment les choses peuvent aller vite et les relations évoluer vers plus d’efficacité très rapidement : « Le lancement de notre application sur le poids lourd qu’Algérie Rechange a évoqué dans son précédent numéro a eu des répercussions positives immédiates auprès de notre clientèle totalement satisfaite par ce nouveau canal de communication qui leur est dédié, mais, plus curieusement également auprès de nos fournisseurs équipementiers, qui ont vu là un moyen direct de communiquer avec les revendeurs. Ils nous ont demandé, en effet, que nous leur consacrions des espaces – un peu comme des bandeaux de publicité – pour apporter des informations, des conseils, etc. C’est une nouvelle voie pour le markéting qui permet de s’adresser à un public ciblé et choisi, tout en profitant d’un media tiers. Il ne s’agit pas, pour eux, de contourner l’importateur distributeur mais bien de travailler avec lui sur un outil moderne de communication commun. Ce qui prouve bien que ce que réalisent les équipementiers sur les réseaux sociaux, sur YouTube, pour la plupart ou sur Facebook (moins nombreux), par exemple, est tout à fait réalisable par nous via nos propres pages et applications ».  

Facebook trop peu ou pas assez bien utilisé en Algérie

« Depuis une dizaine d’idées, depuis que Facebook est utilisé en Algérie, certains s’en sont emparés et travaillent avec, mais il faut déplorer que beaucoup de managers considèrent qu’aller sur Facebook relève du divertissement et que ce n’est pas un outil de travail adapté. Alors qu’il est très simple de bien dissocier les utilisations. Nous avons une page Facebook chez A&M distribution qui est strictement dédiée à la communication auprès de nos clients et dont les contenus sont étudiés, adaptés et soignés. J’insiste sur ce point, sur la nécessité de se concentrer sur ce qui est important pour eux et de fournir des contenus de qualité, des photos prises par des professionnels avec un angle précis. Il est dommage que certains professionnels qui se reconnaîtront, et qui communiquent en postant des photos et vidéos de containers pour indiquer une arrivée de pièces précises, non seulement, manquent leur effet, mais discréditent aussi à la fois leurs produits, l’image de marque de l’équipementier et également le média en le ramenant à une utilisation … de divertissement. L’utilisation des réseaux sociaux doit se concevoir de manière aussi professionnelle que sa gestion de stocks, sa logistique ou sa relations clients » nous explique Rayan Akroune, avant de revenir sur des questions de confidentialité et de partage : « Tous nos revendeurs qui disposent d’une page Facebook – nous les aidons si besoin à les créer – peuvent reprendre les contenus de notre page, les partager et ainsi profiter de notre marque, parce que tous nos contenus sont chartés : ils portent notre code couleur, nos polices de caractère, notre logo, etc. C’est extrêmement important, parce que cela assure la traçabilité de l’information. De la même façon, nous reprenons au niveau national, sur notre page qui dessert les 48 willayas, les contenus de nos clients qui présentent de l’intérêt pour leurs confrères. Nombre d’entre eux ont, au départ, manifesté de l’inquiétude par rapport à la diffusion des informations, craignant que des listes de prix ou autres informations dédiées aux revendeurs apparaissent sur la toile. La crainte est légitime vu le flux d’informations de ce type qui circule actuellement sur Facebook mais dans notre cas et avec notre politique la solution s’avère très simple : sur les pages Facebook, aucun élément de tarification, d’accord, de négociations, d’adresses mail, ou toute information ne relevant que de la relation professionnelle entre l’importateur et un revendeur, ou un distributeur ne doit apparaître sans que le statut du revendeur ne soit confirmé. Nous avons, pour cela, l’application avec codes et protection. Facebook nous permet d’élargir nos produits, la promotion de nos distributeurs actuels et aussi de renvoyer de nouveaux clients sur nos distributeurs attitrés, mais FB ne doit en aucune façon se substituer aux échanges privés ou pour aller chercher de la clientèle en direct. Il s’agit bien de renvoyer aux distributeurs d’A&M, les demandes d’utilisateurs finaux qui ont été attirés par nos communications. Par ailleurs, cela peut servir de prospection de nouveaux revendeurs dans des zones où ne sommes pas représentés. On fluidifie ainsi tous nos process tout en protégeant le marché. » 

HD

Réagir

Your email address will not be published.