Le E-commerce du pneumatique enregistre une progression à deux chiffres malgré de sérieuses contraintes.

Le E-commerce du pneumatique enregistre une progression à deux chiffres malgré  de sérieuses contraintes.

Principalement dominé par les points de vente physique, le marché du pneumatique, au Maroc, n’est pas un marché où le e-commerce opère à grande échelle certes, mais il y représente un énorme enjeu avec une dynamique de croissance continue. La culture et la confiance du client y jouent un rôle majeur.

Contrairement à L’Europe où tous les grands acteurs du pneumatique ont fait le saut vers la vente en ligne, le Maroc, quant à lui, reste dubitatif vis-à-vis cette transformation. Les grands opérateurs n’ont toujours pas été séduits par le e-commerce et ont laissé les nouveaux arrivants pénétrer le marché. Des entreprises à taille humaine qui, malgré ce fait, ont cette « rage » de « startupeur » voulant conquérir le marché à tout prix et entendent bien dépasser les leaders de la distribution traditionnelle. Le secteur des pneumatiques n’est donc pas épargné par l’e-commerce, et la mutation vers le digital est sur le point de prendre un grand virage. Ce dernier, a connu ses débuts en 2013 avec l’arrivé de « masterpneu.ma », « pneu.ma », suivies par « rwida.ma », « tireplus.ma » et enfin « pneu-alwifaq.ma » l’année dernière. Cinq opérateurs qui se partagent la part du gâteau.

Le e-commerce de pneus n’est pas épargné par la négociation des prix

Le marché des pneus au Maroc est un marché régi par le prix, et la négociation de celui-ci est une pratique très courante, puisque le consommateur est toujours à la recherche de la “meilleure affaire”. Ce qui ne semblerait pas étonnant pour les uns, mais choquant pour d’autres, c’est que cette tendance à vouloir négocier le prix s’avère effective même sur les sites e-commerce de pneumatique, où ce dernier doit normalement être fixe. Selon notre étude, plus de 90 % des clients négocieraient le montant de la facture, lors de la prise de commande. Force est de constater que, nous, consommateurs marocains, ressentons le besoin de baisser le prix pour estimer avoir fait un bon « deal » et partir l’esprit béat. Les vendeurs n’étant pas dupes, augmentent leurs prix d’un grain au préalable pour arriver à l’entente. Il faut dire que ce mode ou procédé fait partie de notre culture certes, mais qu’il faudrait changer. Ainsi, ces spécificités ne permettent pas aujourd’hui aux chaînes de se développer d’un point de vue carré.

Les systèmes de paiement en ligne ne sont pas standardisés

Quand pour « masterpneu.ma », la commande n’est prise en compte qu’après réception de paiement par carte bancaire, chèque ou virement, pour
« pneu.ma » et « rwida.ma », la transaction se fait souvent à la livraison, où le paiement en espèce prédomine. Le marché n’est pas uniformisé et n’est pas très homogène ; ses acteurs sont toujours en phase de « test » et d’adaptation avec les attentes des consommateurs. Il est vrai que les besoins des consommateurs doivent être pris en compte mais ne serait-il pas temps que ces derniers s’adaptent à leur tour aux systèmes novateurs ? ne serait-il pas temps de bouleverser les comportements d’achats ? Si tous ces sites e-commerce prennent le taureau par les cornes, s’unissent et se mettent d’accord de ne proposer que le paiement par carte bancaire, à titre d’exemple, et d’appliquer des prix beaucoup plus avantageux que ceux des points de vente physiques, les consommateurs se verront certainement encouragés et amenés à ne payer qu’avec les moyens modernes proposés qui simplifieraient ainsi cette pratique devenue normalisée.

L’absence de point de vente physique, un obstacle de plus ?

Ces sites e-commerce n’ont pas leurs propres garages de montage (à l’exception de pneu al wifaq), de ce fait, ils se voient parfois perdre leurs clients, devenant ainsi les clients des garagistes partenaires.

Citons une anecdote pas très plaisante reflétant un exemple tiré d’une expérience vécue par l’un des cinq pneumaticiens internautes : « c’est agaçant quand, parfois, on rencontre nos propres clients (vendeurs), qu’on fournit et qui revendent notre marchandise, puis traitent la nôtre de « produits chinois »
et qui, par ce biais, essaient de salir notre réputation pour avoir plus de clients. Ça m’est arrivé une fois en me faisant passer pour un(e) client(e), à la fin, je lui tends ma carte de visite et je m’en vais. Il est resté bouche bée ». Une concurrence déloyale relevant parfois d’un non professionnalisme de la part des partenaires.

De plus, ces garages jouent un grand rôle dans la mesure où ils représentent le seul contact physique avec le client. Leur qualité du service et leurs conseils (s’ils ont lieu) reflètent indirectement l’image du site de vente en ligne. Certains clients pensent même que le garage partenaire est propre au site internet. Ce que souhaitent la majorité des acteurs du e-commerce de pneumatique est d’avoir en parallèle leur propres points de vente physiques où il pourrait y avoir un contact direct avec le consommateur final et une meilleure gestion de la marque et des services. Ce projet est déjà en cours de réalisation pour quelques-uns.

shutterstock_363989939

La confiance du client est le b.a.-ba du e-commerce

L’une des plus grandes difficultés qu’avait rencontrées « Amazon » dans ses débuts est bel est bien la confiance du client. Même scénario pour ces sites e-commerce. Quand il s’agit d’une nouveauté, et surtout qui comprend des risques (arnaques bancaires, absence de livraison, produits contrefaits…), l’individu doit se sentir en sécurité et en confiance pour acheter. Pour que cela soit établi, un temps précieux est consacré à la communication. Concernant « rwida.ma », le bouche à oreille est son meilleur allié.  Mais, quand le digital se met au service du digital, l’on s’aperçoit que « le marketing et la communication sur les réseaux sociaux et notamment Facebook restent l’un des moyens les plus efficaces et rentables du marché avec un système de suivi et d’analyse de données pertinent » nous affirme de son côté « pneu.ma ». Différents sont les vecteurs d’informations pour construire leur marque et la notoriété de leur site.

Tout pour se démarquer de la concurrence

« Ce qui me différencie des concurrents c’est tout d’abord ma disponibilité et ma réactivité, que ce soit sur les réseaux sociaux (taux de réponse de 100 %) ou par téléphone. Je consacre beaucoup de temps au client et je l’informe sur tout ce qu’il veut savoir (même sur les produits dont je ne dispose pas) tant que j’ai la bonne information. » a souligné le gérant de « pneu.ma » M. Ahmed Benlahcen. Contrairement aux sites e-commerce de pneumatiques européens, ceux du Maroc sont de petite taille et le gérant participe souvent à la prise de commande. Il fournit donc plus d’informations pointues que le vendeur classique pourrait en délivrer.

Pour sa part, le site internet « rwida.ma » se veut très ludique ; le personnage atypique et fictif M. Driss Rwida en fait les éloges.  Il présente une grande variété de pneus poids lourd et une minorité de pneus moto à l’opposé de « pneu.ma » qui a une large gamme dédiée aux deux roues. Sans pour autant oublier « masterpneu.ma », qui dispose du paiement par carte bancaire et d’un large choix de produits. Tandis que « pneu-alwifaq.ma » bénéficie d’une présence historique en points de vente physiques. Quand l’un traite avec plusieurs fournisseurs marocains à la fois et essaie d’avoir les produits commandés par le client au meilleur prix pour optimiser les marges, l’autre importe directement de l’étranger et dispose d’un stock.

Les internautes, des clients très exigeants !

La future usine de Kénitra pourrait-elle concurrencer nos pneumaticiens internautes ? la réponse est qu’aucune menace ne sera d’envergure. Toujours selon ces professionnels, l’interrogation du client revenant le plus souvent est liée au pays de fabrication du pneu. Quand ce dernier est fabriqué en France ou en Allemagne, le consommateur marocain l’achète les yeux fermés. Si le pneu est fabriqué au Maroc, cela rebutera certainement le client final, qui souvent, pense que les produits made in Morocco sont de mauvaise qualité.

Même avec ces « bâtonnets » dans les roues, le pneumatique en ligne ne risque pas de crever

A contrario de ce que l’on peut penser, le e-commerce des pneumatiques est un marché très porteur et à fort potentiel.  La plus grande crainte des leaders marocains serait de devoir affronter un « EBay » de la vente en ligne de pneus qui lui imposerait des prix cassés et un service de grande qualité. L’enjeu pour les pneumaticiens consiste donc à gagner la confiance du client et à réinventer sur Internet à la fois un modèle économique qui tend à tirer les prix des pneumatiques vers le bas et un parcours d’achat simple au meilleur coût pour le consommateur internaute.

   Yassine Ellabane

Réagir

Your email address will not be published.