Le Gipam dépasse les trente membres !

Le Gipam dépasse les trente membres !

Après à peine 6 mois d’existence, comment se porte l’association Gipam ?

Elle se démêle pour affirmer son existence ! Il a fallu tout d’abord qu’elle soit reconnue vis-à-vis de l’Administration en se conformant aux procédures légales exigées en la matière ; Nous avons pu obtenir des autorités compétents le reçu déclarant son existence.

C’était la première étape à franchir avant d’entamer  toute action de communication.

Combien de membres compte l’association et combien l’ont rejointe depuis la fondation ?

Elle compte à cette date une trentaine de membres qui sont des Distributeurs en majorité mais aussi des fabricants des pièces de rechange.

Quel a été l’accueil des pouvoirs publics ?

Un accueil favorable dont la mesure où il a été jugé par les uns et les autres, très  légitime que les Acteurs de l’After-market puissent s’organiser dans une structure propre à même de défendre leurs intérêts et contribuer à l’assainissement de ce marché.

Est-ce que de nouvelles relations ont pu naître entre l’association, et les pouvoirs publics ?

Surement, puis que ses fondateurs sont connus par les services concernés; Ils les avaient approché de par la passé pour échanger sur les problématiques au niveau du secteur ; Ces échanges vont se poursuivre  sous l’égide de GIPAM ; Nous sommes confiants que de nouvelles relations sereines vont conditionner la collaboration entre les pouvoirs publics et notre Association puis que les deux partis portent le même souci à savoir comment assurer un développement durable du secteur.

Y a-t-il des projets en cours, des partenariats pour la sécurité routière, contre la contrefaçon, pour l’identification des pièces par exemple ente vous ?

Des projets sont en cours d’étude qui prendront forme incessamment ; nous ne manquerons pas à temps opportun de vous en dire plus.

Avez-vous eu le temps de monter quelques opérations de communication ou autres depuis l’ouverture ?

On a pris contact avec différents Départements Ministériels pour présenter notre Association et son objet tout en soulignant sa volonté de collaborer avec tous les partis pour mener toute action favorisant le développement du secteur.

Quelle a été la réaction des revendeurs et des distributeurs et même des importateurs face à la naissance du groupement ?

Il y a des attentes importantes de la part des professionnels ; Certains ont encouragé l’initiative et adhéré d’autres s’interrogent encore sur sa pertinence … Il faut dire que le travail Associatif n’a jamais été l’apanage du secteur mais il faut toujours un début…

Souvent après quelques mois, l’objectif d’une association se dessine mieux, est-ce que vous pourriez nous en préciser les principaux axes stratégiques en quelques mots ?

L’industrie de montage automobile se développe au Maroc d’une façon spectaculaire ; Les voitures montées, Dacia, ont dopé les ventes des voitures qui ont cru ces dernières années à deux chiffres.

Conséquence, nous nous trouvons avec un parc qui croit sur l’ensemble du territoire Marocain ; Il frôle les quatre millions d’unités (en prenant en considération le parc des différentes Administrations, des collectivités locales,….) favorisant ainsi la consommation des pièces de rechange pour son entretien et sa réparation.

Cette situation est favorable, d’une part, pour les professionnels qui devraient afficher des chiffres d’affaires en croissance et d’autre part, pour l’Etat qui devrait considérer ce secteur comme pourvoyeur d’emplois et créateur de richesses. Ce n’est pas forcément le cas, valeur aujourd’hui !

Changer cette donne est notre principal axe stratégique.

Vous vous rencontrez pour une journée de convention, qu’en attendez-vous ? Qui vient ? Qui est invité ? Quel est le programme ?

Ce que nous attendons est tout d’abord, la volonté de notre Association d’œuvrer pour la structuration du marché qui connait des pratiques déloyales et ne profite guère à l’industrie locale ; A cette fin, elle veut compter sur tous ses partenaires qu’elle a invités à la table ronde pour échanger sur les mesures adéquates à prendre pour remédier à cette situation.

Pensez-vous utiliser le salon Equip Auto comme plate-forme pour vous faire connaître ?

Nous comptons rencontrer les responsables de la FEDA et la FIEV pour échanger sur l’évolution du secteur dans le monde et dans nos pays respectifs mais aussi chercher à dégager des pistes de collaboration.

Nous ne manquerons pas également de rencontrer nos homologues des autres pays dans le même but.

Mohamed OUZIF

SECRETAIRE GENERAL

Réagir

Your email address will not be published.