Le groupe Schaeffler se dote d’une division Aftermarket à part entière.

Le groupe Schaeffler se dote d’une division Aftermarket à part entière.

Du haut en bas de la pyramide du groupe, Schaeffler renforce la chaîne de services et de produits dédiés à l’aftermarket, un pôle essentiel chez l’un des plus importants équipementiers mondiaux. Explications avec Alex Mungiuri, Vice-Président Schaeffler Automotive Aftermarket pour la région Moyen Orient, Afrique & Turquie.

Cela peut paraître anodin tant cela impacte peu, en apparence, le quotidien de la rechange chez le distributeur, mais le fait qu’un groupe de haut niveau, présent chez tous les constructeurs automobiles mondiaux, décide de hisser l’aftermarket en division, au même titre que celles de la première monte, témoigne de l’importance que le groupe lui accorde. Le président de la branche, Michael Söding, devient ainsi membre du Directoire de Schaeffler AG, ce qui lui ouvre de plus grandes opportunités pour faire bénéficier à la rechange, des innovations de la première monte. « Cela offre », tout au moins « à la division, plus de flexibilité » se réjouit Alex Mungiuri qui enchaîne sur la nécessité, voire la responsabilité des équipementiers de prendre le rôle de consultant, de conseiller auprès de la distribution indépendante, de soutien au développement. « Il est impératif de tisser des relations de partenariats avec les clients, de partager une philosophie de développement, plutôt que de ne se contenter que de vendre des produits » souligne Alex Mungiuri qui reconnaît que ce rôle doit être compris aussi par les groupements de distribution, notamment au Maghreb.

« Le Maghreb ne doit pas réinventer le chemin qu’a fait l’Europe. Il doit se doter d’associations affiliées à de grandes associations ou groupements européens. La concentration que l’on a vu, que l’on voit se dérouler en Europe va gagner le Maroc, l’Algérie, la Tunisie. Un fonds d’investissement s’est déjà porté acquéreur de Maghreb Accessoires au Maghreb, d’autres entreprises de distribution adhèrent à de grands groupements internationaux. Il devient nécessaire pour ces entreprises et pour toute la filière de capter le savoir-faire des groupements, d’en prendre les idées, les concepts, afin de concevoir un lobbying propre à défendre les intérêts des importateurs et des distributeurs de pièces détachées dans tous les pays. Pour rester dans la course et pouvoir absorber et anticiper sur toutes les innovations technologiques, la connectivité, les nouvelles mobilités, la télématique, les entreprises doivent se rassembler et s’unir pour suivre le rythme effréné qui se joue aujourd’hui ». Notre rôle consiste à les accompagner en ce sens. » 

REPXPERT en support

La plateforme technique REPXPERT participe de ce rôle, justement, comme l’explique Alex Mungiuri : « REPXPERT, est une plateforme technique, destinée à tous les réparateurs, et constitue l’un des supports pour l’avenir. Elle apporte, aujourd’hui, des solutions de réparation, de la formation, des vidéos de montage, demain, elle incorporera les questions de télématique et de connectivité. REPXPERT est conçue pour anticiper sur les besoins des réparateurs où qu’ils soient. La plateforme est bien sûr accessible au Maghreb, en français. Par ailleurs, Schaeffler accroît sa présence physique sur le terrain en disposant de structures propres au Maroc et en Algérie, avec des personnes dédiées, en soutien à la distribution et à la réparation : « Nous sommes physiquement présents à côté des distributeurs, s’ils ont la moindre question, ou demandes d’aide, ils ont un interlocuteur sur place. Les personnels de Schaeffler ne sont pas là pour vendre à la place de, ils sont là pour conseiller, comme consultants. Ils sont sur le territoire et ont une grande influence sur notre stratégie dans le pays parce que nous ne construisons pas de stratégie sans impliquer les gens au niveau local. Notre stratégie est constituée d’un mix entre ce que nous faisons, et ce qu’ils nous rapportent du marché. C’est très appréciable et permet une grande souplesse dans notre organisation. » Et Alex Mungiuri de poursuivre sur REPXPERT : « Nos clients sont avant tout des commerciaux, pas des techniciens, c’est pourquoi nous avons développé REPXPERT qui vient en support pour répondre aux questions techniques. Sinon, ce sont nos collègues sur place qui répondent ou servent de relais techniques. Pour chaque pays, les sites sont dédiés : www.repxpert.ma pour le Maroc et www.repxpert.dz pour l’Algérie ». Et les quatre marques sont bien représentées. Au Maghreb, caracolent en tête, historiquement, les marques LuK et INA mais FAG et la petite dernière sur le marché, Ruville, se battent bien sur le terrain. Toutes étant de qualité supérieure, car comme le répète à l’envi, Alex Mungiuri « Notre philosophie consiste à travailler nos marques et à ne pas créer de deuxième marque ou de deuxième qualité. Une qualité unique, et une organisation globale définissent notre groupe. » Quant au spectre du cahier des charges ou de licences d’importation sur les pièces, Alex Mungiuri nous invite à ne pas céder à la panique, arguant du fait que le gouvernement n’a aucun intérêt à détruire le commerce mais cherche à adapter certaines règles à leur stratégie politique. Il faut alors s’adapter : « Le commerce est comme l’eau, il trouve toujours un chemin pour sortir. Nous travaillons sur du long terme, si nous sommes impactés, ce sera sur une durée déterminée et nous opposerons notre flexibilité à une nouvelle organisation ».  

Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.