Le prix des lubrifiants à la hausse au Maroc

Le prix des lubrifiants à la hausse au Maroc

Le marché marocain du lubrifiant a lui aussi, subi la crise sanitaire de plein fouet. De plus en plus d’opérateurs pétroliers nationaux annoncent la hausse de leurs tarifications pour les lubrifiants. Yasser El Bermaki, directeur général de SiliGom et directeur associé de Rektol Maroc, nous éclaircit le sujet !

Comme la plupart des secteurs d’activité, le marché du lubrifiant a eu maille à partir avec la crise sanitaire de 2020. « Nous avions une cadence normale avant la pandémie. Mais puisque les vidanges sont liées à l’activité des véhicules, avec la Covid-19, la consommation des lubrifiants a baissé et nous avons été directement touchés », explique Yasser El Bermaki, qui ajoute que « depuis avril 2020 jusqu’à décembre 2020, nous avons personnellement perdu l’équivalent de 70 % de notre chiffre d’affaires pour SiliGom ». C’est ainsi qu’à partir de 2021, la demande du lubrifiant automobile a légèrement fini par retrouver sa cadence, suivie d’une reprise de l’activité à partir de la fin du premier trimestre 2021. Une reprise qui s’est même traduite par une évolution pour certains, comme c’est le cas de SiliGom. En revanche, à partir du deuxième trimestre 2021, le Maroc a enregistré une hausse des tarifs des lubrifiants automobiles. Cela a débuté par l’augmentation des prix de la part de quelques opérateurs pétroliers, suivie d’une généralisation une fois la tendance confirmée. 

Différents facteurs à l’origine de la hausse des prix

Cette hausse de prix des lubrifiants se traduit par la hausse du cours du baril de pétrole, ce dernier a fortement progressé depuis le début de l’année 2021. Il est en effet passé d’environ 35 dollars à 70 dollars. De sa part, Yasser a expliqué que « le lubrifiant se compose des huiles de base et des additifs. Les huiles de base sont le résultat du raffinage du pétrole. L’explication directe de la hausse des prix des lubrifiants est donc l’augmentation du prix du baril ».

Il a également ajouté qu’ « Il y avait aussi une très forte demande de la part de la clientèle. La cause directe est l’augmentation du prix du pétrole mais la forte reprise a engendré une grande demande à cause de l’état de panique des clients ». Il convient de mentionner que d’autres effets indirects ont eux aussi impacté cette hausse de prix, notamment le coût du transport qui est devenu plus coûteux depuis la pandémie. 

Par ailleurs, du point de vue de Yasser, la hausse des prix des lubrifiants pourra prendre fin d’ici le premier trimestre de l’année 2022. « Nous sommes toujours en négociation avec nos fournisseurs et il peut y avoir une réduction. Mais nous nous attendons en parallèle à une baisse de la demande des lubrifiants d’ici-là, ou peut-être une stagnation ». 

Haytam Boussaid

Réagir

Your email address will not be published.