Le secteur informel contribue à hauteur de 11,5% au PIB national

Le Haut Commissariat au Plan, a dévoilé, le 12 octobre, les résultats de l’Enquête nationale sur le secteur informel réalisée en 2013/2014. Le constat est clair : ces unités affichent de bonnes performances.

Cette étude, qui a permis d’actualiser les informations sur les unités de production opérant dans ce secteur, son mode d’insertion dans l’économie nationale et sa contribution à la création de la richesse et de l’emploi, a démontré que les entreprises informelles continuent de fleurir au Maroc et contribuent à hauteur de 11,5 % du PIB national. Ainsi, le nombre de ces unités de production informelles a atteint 1,68 million en 2013, contre 1,55 million en 2007, soit une progression annuelle de 19 000 unités.

Près de 410  milliards de DH de chiffres d’affaires

Les résultats de l’enquête ont également fait ressortir que ces unités informelles ont drainé un chiffre d’affaires de près de 410 milliards de DH, en accroissement annuel moyen de 6,5 % depuis 2007. Le commerce continue à constituer l’activité la plus importante du secteur, en dépit de la réduction de son poids à 69,8 % en 2013, au lieu de 77 % en 2007. En revanche, les parts du CA générées par les activités informelles du BTP, de l’industrie et des services se sont améliorées, passant de 4,4 %, 11,5 % et 7,2 % respectivement en 2007 à 8,1 %, 3,1 % et 9 % respectivement en 2013. Autre constat, non négligeable : avec un chiffre d’affaires moyen, par unité, de près de 245 000 DH en 2013, le secteur informel reste constitué en quasi-totalité de petites et micro-entreprises.

Les ménages, premiers clients

Par ailleurs, le principal marché de la production du secteur informel est constitué par les ménages, relève l’enquête. En 2013, 77,8 % de ses ventes sont destinées aux ménages, 21,3% aux entreprises informelles et 0,5 % aux entreprises formelles. En revanche, les ventes destinées au secteur public et à l’exportation restent insignifiantes, indique le HCP. De plus, près de la moitié (49,2 %) des ventes de ces entreprises opérant dans l’industrie est destinée aux autres unités informelles.

Des investissements en hausse

D’après le HCP, les unités informelles ont investi près de 3,4 milliards de DH en 2013, contre près de 2,8 milliards de DH en 2007, affichant ainsi une hausse annuelle moyenne de 3,2 %. Elles ont participé pour 1,1% de la formation brute du capital au niveau national en 2013 au lieu de 1,2 % en 2007. Ces investissements proviennent pour 49,2% des unités relevant des services, pour 33,3 % du commerce, pour 12,2 % de l’industrie et pour 5,3 % du BTP.

Progression de l’emploi

Les résultats de l’enquête démontrent également que le volume de l’emploi dans le secteur informel, a progressé, se situant à 2,376 millions de postes, en 2013 contre 2,216 millions de postes en 2007, en progression annuelle de 24,6 mille postes.

Nadia Dref

Réagir

Your email address will not be published.