leboncoin et Avito : Aïcha au cœur de l’entreprise

leboncoin et Avito : Aïcha au cœur de l’entreprise

On les appelle les Georgettes et elles ont su représenter l’ensemble des membres du boncoin et d’Avito en donnant tout ce qu’elles pouvaient pour arriver sur le podium du rallye. Pas celui des plus rapides, ni des plus douées, celui de leur propre aventure humaine et de « représentantes » de ce qui est devenu un projet d’entreprise.

Touchant, émouvant, splendide, merveilleux, dur, magnifique, solidaire, difficile, éprouvant… Clotilde Viet et Alexia Neveu n’ont pas de mots pour décrire ce qu’elles ont vécu, ou plutôt elles en ont trop. Trop d’images, de bruits et aussi de ferveur. Car il en faut pour habiller ce « dépassement de soi », cette expression si fluide qu’on croirait son accession facile, son aboutissement normal, son effort calculé. Pour Alexia, qui travaille au service communication du boncoin en France, il en fallu des efforts pour aller puiser dans ses ressources, car si le rallye, en soi, est éprouvant physiquement, il vient en quelque sorte en ultime épreuve d’un parcours épuisant et extraordinaire à la fois, qui a duré une année de préparation. En plus du travail ! Mais revenons au commencement… Au commencement, il y a une bonne idée, celle de Clotilde, d’aller se confronter aux dunes marocaines au volant d’un 4X4, en faisant vivre l’aventure à une collègue, à des collègues tout en participant à une action humanitaire véritable.

« C’est toujours Clotilde qui a l’idée », précise en souriant Alexia. Clotilde œuvre aux Services Généraux du boncoin, ce qui ne l’empêche pas de déborder d’imagination, quand il s’agit de faire vivre l’esprit de la maison. Elle est déjà à l’origine d’une participation à une course dans la boue, le Mud Day, et de vélos…, « compétitions » qui ne manquent pas d’animer les 600 salariés du boncoin. Alors, quand le Rallye Aicha des Gazelles se présente, est-ce une autre histoire de femmes qui naît, une tentation de dépassement de soi réservée aux femmes ? Oui et non et pas seulement, car dans le Groupe, la parité est respectée, 50 % de femmes / 50 % d’hommes, et le Rallye a été adopté par toutes et tous.  Pour la directrice de la communication, il s’agit, au commencement, du « Traquenard du cœur … »

Le « Traquenard du cœur »

image 2Clotilde est tentée par ce challenge, par cette aventure, Alexia a envie de suivre, tentée, également, et la communicante qui est en elle, se dit que ce serait une bonne chose de fédérer en interne, que ce serait une bonne chose de faire vivre l’aventure dans l’entreprise et d’entraîner tout le monde ». Et en externe, valoriser l’image de l’entreprise qui encourage les femmes à se développer, cela faisait sens. Cela suppose un sponsor unique et la maison a la réputation de veiller au bien-être de ses employés, de favoriser les initiatives et d’agir pour l’humanitaire. Reste à convaincre. D’abord le patron de la communication, Anne Quemin qui se voit demander un cadreur pour une vidéo. Un montage vidéo est réalisé, révélant les images des précédents événements du groupe et annonçant le suivant : et si on faisait autre chose ? Anne Quemin est invitée à le visionner, juste comme cela, « Plaisir des yeux », un traquenard, certes, mais un traquenard, qui a du cœur et du sens.

Conquise, convaincue de la pertinence du projet qui entre dans les valeurs du boncoin – la proximité, le pragmatisme, l’engagement et la créativité – Anne doit convaincre le directeur général, et se demande comment promouvoir l’image d’un rallye automobile, ce secteur n’ayant pas bonne presse actuellement et l’entreprise est attentive à respecter la politique du boncoin en matière de RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise, ndlr). Sa dernière crainte s’envole lorsqu’Alexia et Clotilde lui apprennent que le Rallye est encadré par une démarche de respect de l’environnement  (« L’organisation est fière d’être aujourd’hui et depuis 2010, le seul événement automobile au monde à avoir obtenu la certification environnementale Iso 14001. 2004. »). Ce dernier argument en poche, elle peut soumettre le projet qui est validé par la direction générale, qui décide d’investir en sponsor unique. « C’est devenu un vrai projet d’entreprise et de groupe, qui fédère les collaborateurs du boncoin et de son cousin marocain « Avito ».

C’est aussi une manière de créer de nouveaux liens entre les membres de la maison France et celle du Maroc », commente Anne. En outre, reprennent Clotilde et Alexia, nous respections les 4 valeurs, et nous les avons illustrées : le pragmatisme ou comment aller d’un point A à un point B, le mieux possible, la créativité, en osant se lancer dans un défi pareil, l’engagement solidaire, en s’engageant auprès de « Coeur de Gazelles » et de « Voix des femmes » avec Avito, et la proximité, entre nous et avec toutes les Gazelles ». Tout était dans le dossier, un traquenard, on vous dit… Mais aux consonnances qu’on aime bien !

Courir, concourir et surtout partager

La première semaine a été dure. Très dure. A tel point que courir après les balises pour arriver parmi les meilleures devint un objectif moins impérieux que celui d’arriver, tout simplement et en bon état, si possible. Levées à 4 heures du matin, elles ont respecté toutes les consignes, taper les balises, prier Georges (leur 4X4 !
Un Nissan Patrol, châssis long) qu’il ne les lâche pas, mais la route ne fait pas de cadeau. Pourtant les SMS des employés du groupe pleuvent – elles peuvent les consulter au bivouac du soir, ils sont encourageants, réconfortants et en même temps très impliquants !

Il faut gagner …et elles leur sont reconnaissantes de les avoir soutenues ! Mais il y a plusieurs façons de gagner comme le prouvent Clotilde et Alexia, en prenant le temps de s’arrêter dans deux villages « Cœur de Gazelles » où se rendent les médecins de l’association pour assister la population. Une population qui les accueille avec beaucoup d’affection, de plaisir : « Une belle leçon de vie » disent-elles, encore émues de tant de gentillesse, de partage, alors que celles et ceux qui les reçoivent n’ont rien. Cette bataille du cœur, de l’engagement, elles la remportent car ce sont leurs collègues qui, par leurs dons, ont contribué à participer à cette œuvre humanitaire collective et à une autre plus spécifique au bon coin. En effet, elles ont choisi d’aider avec l’aide d’Avito une association du côté de Souss, qui aide des jeunes femmes à se former au numérique pour trouver du travail dans la région d’Agadir. L’association « Voix de Femmes » a ainsi obtenu du groupe, 15 ordinateurs, des PC portables, une imprimante, … Et Avito a participé également financièrement auprès de l’association.

« Toutes les personnes de l’entreprise ont adhéré, et participé au projet, raconte Habiba Benjelloun, responsable marketing chez Avito. Nous avons reçu un véritable accueil positif, une vraie solidarité, un désir de participer. Très peu d’entreprises financent en intégralité une aventure d’employés et c’est aussi cela qui a touché l’ensemble des personnels des deux entreprises, en France et au Maroc. » Un constat que reprend Anne en l’illustrant : « Le groupe est très attentif au bien-être de ses collaborateurs et à l’engagement citoyen. Et cela se voit au niveau des jeunes femmes, car nous finançons également une promotion de 25 jeunes femmes qui vont apprendre à coder. C’est une formation de deux ans sur le thème du numérique pour des jeunes femmes qui ne pouvaient pas avoir accès à une formation qualifiante. »

Mais pourquoi donc les Georgettes ?

Lorsque leboncoin est né, que le site n’avait pas encore de nom, beaucoup de propositions ont vu le jour. Parmi elles, « Chez Georgette » en hommage à la grand-mère du fondateur qui portait ce prénom et qui a été gardé pour l’espace déjeuner des équipes du bon coin. Alexia et Clotilde ont choisi du coup ce nom, avec humour, un nom qui a beaucoup plu aux autres Gazelles ! Un nom qui servira peut-être à d’autres équipages du groupe qui, déjà, ne cachent pas leur tentation de réitérer l’exploit. Alexia et Clotilde ont également témoigné leur admiration – et leurs remerciements – aux équipes techniques, aux bénévoles très nombreux, qui assurent la sécurité de tous.

Il faut dire que les Gazelles, quand elles arrivent, transmettent leurs demandes d’intervention technique aux équipes qui s’en occupent immédiatement. Si les Gazelles ont un problème sur le circuit qu’elles n’arrivent pas à régler seuls, c’est l’abandon… Et les techniciens font tout pour que cela n’arrive pas ! Les bénévoles sont partout et toujours avec le sourire, une vraie famille se crée, de quoi parler au cœur des Georgettes ! Au fait, saviez-vous que l’automobile était le secteur le plus important chez Avito et le 2e au boncoin ? Il est vrai qu’avec 6 millions de visites uniques par mois chez Avito et 28 millions au bon coin, cela doit aider… Et pour les pièces de rechange ? C’est un beau marché également, en neuf et en occasion, mais, de cela, il nous faudra reparler…

  Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.