Les conseils de NTN-SNR au profit des garagistes de Rabat

Les conseils de NTN-SNR  au profit des garagistes de Rabat

La filiale marocaine de NTN-SNR oriente ses conseils vers le garagiste, qui est le principal prescripteur des pièces de rechange, en cas de panne. L’entreprise a tenu un premier séminaire de formation, au profit des garagistes de Rabat et sa région, avant d’attaquer d’autres villes et d’autres régions.

Les garagistes rabatis étaient nombreux, ce jour-là, à assister à ce séminaire de formation, organisé par NTN-SNR, en partenariat avec l’Association Marocaine des Réparateurs Automobiles (AMRA). A travers, cette action, la société veut gagner la confiance des garagistes et établir un partenariat win-win en mettant à leur profit une assistance technique, gage de gains et de tranquillité. Attentifs, les garagistes ont écouté l’intervention de Aziz Dich, Directeur commercial de NTN-SNR Maroc, qui, avec brio, a passé en revu la présentation de la société et des produits commercialisés sur le territoire national ainsi que les divers conseils portant sur le démontage, le montage, le stockage ainsi que le choix d’un roulement. Lors de cette rencontre, les garagistes, sans aucun complexe, ont sollicité l’assistance technique de NTN-SNR. «Il y a des roulements qui s’endommagent, lors du montage.

Nous avons besoin de formations, dans ce sens. Le côté technique est important pour nous. La caravane l’est aussi», a tenu à préciser un garagiste. «Nous avons besoin d’un bon encadrement. Nous ne voulons pas uniquement d’une formation, une seule fois par an», renchérit un autre. C’est dire que ces professionnels, sont de plus en plus conscients de l’importance et de la qualité des formations prodiguées par les équipementiers eux-mêmes. Aziz Dich, devant un parterre intéressé, s’est surpassé. Il a relevé plusieurs points importants. Premièrement, il leur a fait savoir que «dans une voiture, il y a entre 40 à 80 roulements, dont une partie qui ne meurt pas et une autre qu’on change. D’ailleurs, 9/10 des véhicules en Europe sont équipés de produits NTN-SNR». Pour lui, le roulement joue le rôle du fusible. La durée de vie d’un roulement est de 100 000 km, dans un environnement normal ou de 5 ans si la voiture n’est pas très utilisée.

Choix du bon roulement

Pour les produits, en stock, ils n’ont pas de durée de vie. Il faut garder son emballage intact, dans de bonnes conditions. «S’il y a une fuite de graisse, dans le plastic d’emballage, il est inutilisable. S’il y a de l’huile, ce n’est pas grave, cela évite la rouille », conseille le directeur commercial. Cependant, un roulement qui tombe d’une hauteur d’un mètre ou 1,5 mètre peut être endommagé. C’est un produit fragile.

Attention à la contrefaçon

Lors du choix d’un roulement, le garagiste doit faire attention aux produits contrefaits, a martelé Aziz Dich. Le roulement d’origine est marqué des deux faces. La qualité du carton d’emballage est visible. En revanche, le roulement contrefait est marqué d’une seule face uniquement.

Défaillances des roulements

Le roulement est, par définition, une pièce de fatigue : aussi parfaite que soit sa géométrie, aussi performant que soit son acier, un roulement a une durée de vie limitée. En effet, les charges appliquées au roulement entraînent l’apparition de phénomènes de fatigue de la matière qui limitent sa durée de vie. Cependant, se superposant à ces phénomènes normaux, de nombreux autres facteurs extérieurs au roulement influent sur son comportement et peuvent entraîner sa défaillance prématurée (pollution, passage de courant électrique, corrosion liée au contact, défauts de réglage, etc.).

Montage: les écueils à éviter

Savez-vous qu’environ 17% des défaillances prématurées de roulement sont dues à un montage incorrect? Les experts de NTN-SNR ont relevé 5 causes principales de détérioration précoce, à savoir:

• L’utilisation de méthodes de montage et d’outils inappropriés.

• L’introduction de polluants (limaille ou de liquides) présents dans l’environnement lors du montage.

• L’ajustement des roulements (trop serrés ou pas assez) ne tenant pas compte des dimensions hors tolérance des arbres et logements

• L’enfoncement axial trop important sur la portée conique

• Les chocs ou efforts d’emmanchement trop importants

Les conséquences sont importantes : des ruptures de bagues, des pertes d’étanchéité, des marquages de piste ou de la pollution.

Les 10 étapes du montage des roulements

1 – Identifiez les roulements sur base des plans, spécifications et procédures.

2 – Préparez les pièces et outillages nécessaires au montage mécanique ou hydraulique selon la méthode retenue.

3 – Nettoyez soigneusement chaque pièce et outillage.

4 – Vérifiez toutes les pièces et organes présents dans l’environnement des roulements.

5 – Nettoyez soigneusement la zone de travail. Il faut que l’environnement soit propre. «La poussière est l’ennemi juré de l’acier», avertit Aziz Dich.

6 – Sortez le roulement de son emballage.

7 – Utilisez de la pâte de montage pour faciliter l’insertion du roulement.

8 – Effectuez le montage du roulement selon la méthode choisie: à froid, à chaud ou hydraulique.

9 – Après le montage, lubrifiez avec une graisse spéciale pour roulements en suivant les instructions données sur la notice.

10 – Avant la mise en route définitive, vérifiez le bon fonctionnement du montage: absence d’anomalies telles que bruits, vibrations, températures ou jeu anormaux.

Autre conseil, veillez à ne jamais laver les roulements (sauf si spécifié sur la notice). Ils sont protégés de l’oxydation par un léger film d’huile, compatible avec tous les lubrifiants.

Lubrification des roulements

Savez-vous qu’une lubrification bien réalisée évite 55 % des avaries prématurées des roulements ? Il faut augmenter significativement la durée de vie des roulements en les lubrifiant. D’où la nécessité d’appliquer ainsi un film lubrifiant, aussi appelé film d’huile, entre les corps roulants et le chemin du roulement. Les avantages de la lubrification sont multiples, à savoir la diminution de l’usure et du grippage des éléments en contact, la protection contre la corrosion, l’étanchéité aux liquides et à la pollution extérieure, l’évacuation des impuretés créées par le mouvement des pièces, la réalisation d’économies d’énergie grâce à la diminution des frottements entraînant ainsi une baisse de la puissance consommée par la machine ainsi que le maintien de l’équilibre thermique de la machine grâce à l’évacuation des calories dans les configurations de circulation d’huile.

Conseils pour lubrifier efficacement les roulements

Le choix du lubrifiant: la lubrification à l’huile et à la graisse ont chacun leurs avantages et inconvénients. Le choix dépend des conditions d’utilisation des roulements: charge, vitesse, température, humidité, présence d’eau, vibration.

Lubrification à l’huile

Points forts : bonne pénétration dans le roulement, bonne stabilité physico-chimique, refroidissement, contrôle aisé du lubrifiant : état et niveaux. Points de vigilance : étanchéité nécessaire du montage, en cas d’arrêt prolongé, mauvaise protection contre l’oxydation et l’humidité, retard au démarrage lorsqu’une mise en circulation autonome préalable à la rotation est nécessaire.

Lubrification à la graisse

Points forts : propreté du mécanisme, étanchéité plus facile à réaliser, barrière de protection, simplicité des montages, facilité de manipulation, réduction ou suppression du graissage d’appoint, possibilités d’utiliser des roulements pré-graissés. Points de vigilance : coefficient de frottement plus élevé que l’huile, évacuation thermique plus faible, le remplacement (si nécessaire) requiert le démontage du roulement et son lavage, pas de possibilité de vérifier un niveau de graisse donc nécessité d’une retenue de graisse fiable ou bien d’apport périodique pour compenser les fuites, la pollution ou le vieillissement.

Démontage : Les conseils

Les avantages d’un bon démontage sont multiples. Il y a lieu de citer le gain de temps, la longévité des équipements (diminution du risque d’endommagement de pièces, à savoir l’arbre, le logement et le roulement, en cas de réutilisation), la sécurité des opérateurs (réduction du risque de blessures corporelles) .

Les spécificités du démontage mécanique

Le démontage mécanique des roulements s’effectue avec un extracteur. L’extraction se fait au niveau de la bague maintenue serrée. Le choix de l’extracteur dépend de la nature et le diamètre des prises offertes pour définir la portée, l’écartement et la force nécessaire à l’extraction, l’accessibilité des prises (extérieures, intérieures ou spéciales), la force d’extraction requise. A ce titre, choisissez un point d’appui sur l’axe central, à l’extérieur de la pièce ou à l’aide d’accessoires d’extraction. Les extracteurs équipés de pompe et vérin hydraulique offrent aux opérateurs une force d’extraction très importante, à partir de leur force musculaire. L’extraction est facilitée grâce à l’autocentrage de leurs bras.

Les spécificités du démontage hydraulique

Optez pour le démontage hydraulique pour démonter les pièces mécaniques de toutes dimensions, requérant des efforts d’extraction élevés. Deux types d’extraction du roulement s’offrent : l’extraction sur arbre à portée conique et l’extraction du manchon du serrage et du manchon de démontage par écrou hydraulique Notez que l’écrou hydraulique est idéal pour le démontage rapide et sans effort des roulements montés sur des manchons de serrage ou de démontage.    

Nadia DREF

Réagir

Your email address will not be published.