«Made in Morocco», un label pour l’export

«Made in Morocco», un label pour l’export

Maroc Export a organisé la 2ème édition du Forum «B to B Meetings Made In Morocco». Une occasion pour faciliter les échanges entre les opérateurs locaux et pour donner un coup de fouet au secteur
de l’exportation.

Maroc Export a tenu, le 30 septembre dernier, à Casablanca, la deuxième édition, du forum « BtoB meetings Made In Morocco ». Cet événement a connu la participation de plus de 875 entreprises exportatrices marocaines, toutes tailles et tous secteurs, qui sont actives sur plusieurs marchés internationaux. Au total, 2197 rencontres BtoB ont eu lieu, au cours de cette journée. De plus, les 875 entreprises exportatrices, participantes, ont partagé, au cours de cet événement, leurs expériences, dans un objectif de créer de nouvelles alliances et promouvoir une offre exportable « Made in Morocco» intégrée, complète, et crédible… qui permettra, in fine, de faciliter la pénétration des marchés arabes, européens, américains, asiatiques et africains, a souligné Maroc Export.

Soutenir les entreprises à fort potentiel à l’export

Ce forum a été également l’occasion de faire une restitution de la première Conférence «Marque Maroc», organisée, en mai dernier, par Maroc Export et l’Institut Amadeus, ainsi que les précédentes réunions du think tank «Think Made in Morocco», qui ont permis de faire émerger des propositions pratiques et des solutions concrètes et sectorielles. Il s’agit notamment de soutenir les entreprises à fort potentiel à l’export, de favoriser la collaboration entre les grands groupes et les TPME, de mettre en valeur le «Made in Morocco» à travers sa définition et la réglementation de ses conditions d’octroi, de concevoir une charte pour le label ou encore d’unifier et de structurer la communication autour du «Made in Morocco». Pour rappel, cette 2ème édition s’est fixé pour objectifs de mobiliser les entreprises marocaines autour de projets de partenariat à l’international entre les différents écosystèmes industriels et de créer des synergies pour aller de l’avant dans la promotion des produits fabriqués au Maroc. Quant à la deuxième édition de la Conférence «Marque Maroc», celle-ci est prévue en avril 2017.

Interview de Zahra Maafiri, Directrice générale de Maroc Export.

« Pour le marché allemand, il y a un savoir-faire de démarchage marketing qu’il faut développer»

Quel est l’objectif escompté de l’organisation de ce forum BtoB ?

Le forum vise à améliorer la connaissance intra-opérateurs nationaux, créer de nouveaux groupes d’exportateurs et renforcer notre offre exportable intégrée, complète et 100% «Made in Morocco». Et pour cause, la concrétisation et le développement d’un label «Made in Morocco», fort et crédible, constituent un enjeu principal pour les acteurs économiques nationaux pour booster les performances à l’export.

Comment Maroc Export accompagne les industriels automobiles dans la promotion de leur savoir-faire ?

Nous avons notre plan d’action, qui est validé par notre conseil d’administration et qui se base d’abord sur la vision de notre gouvernement. Aujourd’hui, dans le cadre du Plan d’accélération industrielle, nous travaillons dans les Ecosystèmes industriels validés par le ministère de tutelle, et qui sont animés par les associations professionnelles du secteur, notamment l’Amica qui devient notre principal interlocuteur, pour la partie promotion de cette vision. Ensemble nous menons des salons, des rencontres btob, des études, etc. Nous approfondissons le savoir-faire des industriels marocains pour les soutenir en Europe, en Afrique et en Asie.

Est-ce qu’il y a des actions prévues, dans les mois à venir, pour le secteur de l’automobile ?

Nous étions à Automechanika, en septembre dernier, à Frankfurt. D’ici à décembre, nous avons prévu trois missions BtoB à faire ensemble.

L’étude réalisée par Maroc Export sur le marché allemand fait ressortir une méconnaissance des potentialités du marché automobile de la part des donneurs d’ordre allemands. Comment faire en sorte pour pallier ce problème ?

Il y a un savoir-faire de démarchage marketing qu’il faut développer. Aujourd’hui nous avons cette défaillance du label Maroc que nous devons comprendre et réussir à avoir un message unifié. Mais d’un autre côté, également, nous avons un manque de savoir-faire, de connaissances pour approcher certains marchés. Nous avons lancé le marché américain, allemand, russe et celui de la chine pour le secteur que nous accompagnons et les écosystèmes prévus, dans le cadre de la stratégie nationale. Quant au marché allemand, nous avons parlé aux donneurs d’ordres, qui ont une bonne image sur le Maroc mais pas sur le savoir technique marocain. C’est pour cela que les donneurs d’ordre allemands ne pensent pas délocaliser, pour le moment, une partie de leur production au Maroc. Maintenant la balle est dans notre camp. C’est à nous de mieux communiquer sur les compétences techniques et les avancées technologiques qu’offre le Royaume. Il faut qu’ils sachent que c’est un partenariat gagnant-gagnant pour les deux parties.

Réagir

Your email address will not be published.