Mann joue le mix avec Wix

Mann joue le mix avec Wix

En achetant les marques Wix et Filtron, Mann + Hummel accroît davantage encore son rôle de leader international de la filtration. Equip Auto Alger s’est avéré un bon tremplin pour lancer Wix sur le marché du Maghreb.

Il faut toujours un peu de temps pour que le terrain voit venir les produits des grandes sociétés rachetées par de grands groupes. Il a fallu deux ans – un délai court pour ce type de transactions – pour que Wix et Filtron s’invitent sur le marché maghrébin et plus largement sur l’Afrique francophone, des marques développées en plus de Mann par le Vice-Président Afrique, Cédric Dackam, et par Kaci Hamrioui, au Maghreb.

Cet apport s’avère bienvenu, non parce que le groupe nécessitait de s’agrandir pour devenir un leader – déjà fait – mais parce que celui-ci peut offrir à la distribution différents positionnements de gamme ou comment circonscrire tout un marché, de l’entrée de gamme au premium, tout en respectant la qualité du produit comme point commun non négociable. En outre, avec Wix, c’est la maîtrise de l’hydraulique qui entre dans le giron, du groupe, Wix USA étant spécialisé dans le Off Highway (tout terrain), l’industrie et le TP. Des cartes nouvelles non négligeables pour Mann qui se dote ainsi d’une meilleure connaissance sur le filtre hydraulique.

Face à la concurrence locale, la sérénité et le partage

Devant la recrudescence des coentreprises au niveau national tant en Algérie – qui sont fortement souhaitées – qu’au Maroc – où elles sont fortement soutenues, les grandes compagnies internationales sont-elles inquiètes ? Pour Kaci Hamrioui, le débat ne se pose pas en ces termes : « Les fabricants locaux ont toujours existé et rempli leur rôle dans le marché, en promouvant des pièces moins chères, parce que les coûts de fabrication sont moins élevés. Mais leurs productions s’articulent autour des références les plus vendues et surtout sans haute technologie. En vérité, il y a de la place pour tout le monde.

Si vous considérez le poids lourd, c’est un marché que les groupes internationaux s’octroient naturellement parce qu’ils doivent apporter des garanties fortes, des catégories de papier très technologiques, que les positions en première monte et les brevets déposés leur permettent de mettre sur le marché du rechange. Pour donner un exemple, pour les filtres à air standard, la fabrication locale nous fait concurrence, mais pas sur les filtres à charbon actif ou à pollen de même pour les filtres à gasoil liés à l’électronique. En clair, il y a des PDM pour la qualité premium et d’autres pour la demande locale à bas prix ».

La question du prix a ses réponses !

Lorsqu’on évoque la question des prix, forcément délicate sur des marchés en plein développement, cela n’émeut pas Kaci Hamrioui, dont la préoccupation principale réside sur le soutien porté aux clients. « Nous apportons une présence terrain, une formation technique, un accompagnement dans les garanties, et ce, tout au long de l’année. Par ailleurs, nous apportons toutes les nouveautés et dans un très court terme, car nous suivons les constructeurs dans leurs mises à jour moteur. Nous avons dédié un département développement pour les nouvelles techniques, les nouvelles références, les nouvelles qualités de papier, de manière à pouvoir suivre les constructeurs quand ils veulent améliorer le rendement moteur ou la consommation.

C’est ainsi que nous fabriquons le filtre souhaité et que nous pouvons le mettre en aftermarket tout de suite », précise ainsi Kaci Hamrioui. Par ailleurs, avec la marque Wix, le groupe s’ouvre d’autres portes plus accessibles et avec des taux de couverture marché allant de 70 à 90 % tout confondu. Si on n’a pas le filtre OEM, on va l’acheter, poursuit Kaci Hamrioui, de manière à servir nos clients complètement. Cela représente un gros avantage pour nos clients en poids lourd par exemple, on tient véritablement le parc quand les fabricants locaux ne se focalisent que sur les meilleures ventes. »

Quid du développement en Algérie et au Maroc ?

Au Maroc, Mann, très bien représenté par Foramag, est aussi présent chez Autodistribution, qui, de surcroît, vient de reprendre Midas. « Pour nous le marché marocain fonctionne comme le français, est structuré comme lui et suit des méthodologies pilotées par l’outil informatique. C’est une plate-forme pour l’Afrique francophone avec de fortes opportunités pour les équipementiers. Le Maroc doit devenir un pays fabricant de pièces détachées automobiles » commente Kaci Hamrioui qui ne considère pas, par ailleurs, la situation en Algérie comme dramatique, comme le font beaucoup d’autres.

Pour lui, « les nouvelles règles (120 % et 30 jours d’immobilisations financière, etc.) permettront de faire évoluer positivement les choses en Algérie, comme l’ont fait les précédentes, comme les lettres de crédit, le capital à 200 000 euros, les stickers, le nouvellement du registre du commerce, les franchises, le NIF (numéro d’identité fiscale) … Nous sommes plutôt optimistes et voyons l’année 2018 se dessiner correctement puisque la période semble en voie de croissance, donc qui dit croissance dit marché tourné vers la qualité donc vers le premium. Et le gouvernement algérien semble plutôt donner la chance à la production de qualité. Ce qui nous rend optimise aussi, c’est, d’une part, la capacité des algériens à s’adapter à toutes les situations, ce qui est leur force, et, d’autre part, l’ADN du groupe Mann, entreprise familiale malgré sa taille, qui se traduit par l’accompagnement quasi statutaire des clients sur place, où tout n’est pas une question de volumes mais de relations humaines ».

   Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.