Nexus International, toujours plus de milliards…

Nexus International, toujours plus de milliards…

Après 5 ans d’activité, Nexus International atteint les 19 milliards d’euros de chiffre d’affaires généré par les membres du groupement. Beaucoup de projets en cours, et de nouveaux venus complètent la grille de satisfaction dépeinte par Philippe Guyot, global supplier executive director.

A Istanbul, Philippe Guyot, pourtant épuisé par nombre de déplacements, affichait un enthousiasme exubérant quant à la santé de Nexus International et à ses ambitions : « 19 milliards d’euros annoncés lors du Business Tour d’Abu Dhabi, c’est plutôt bien, » s’exclame-t-il, avant de rappeler que « ce Business Tour a réellement révélé une vraie communauté mondiale, que les équipementiers ont saluée après avoir effectué des meetings formels et informels. Il y avait des membres venus du monde entier du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Afrique du sud, d’Amérique, de Chine et de l’Europe.

N’oublions pas que 60 % des marchés se font hors d’Europe. Il y a eu un gros travail de fait et les participants étaient satisfaits ». D’ailleurs, Philippe Guyot s’est également réjoui des grands « tubes » du moment pour le groupement international comme le partenariat signé entre JD.com, le site de l’e-commerce chinois, voire le premier site internet de e-commerce en Chine en BtoC (55,7 milliards de dollars de CA en 2017) et le groupement chinois de Nexus International. Ou encore l’adhésion de Feu vert, et de Points S, en France, aux côtés de ID Rechange, de Speedy, d’Apprau, d’Alternative Autoparts, d’Aniel et de Saci. Phillipe Guyot ne manquera pas de signaler également le projet de consolidation sur les pneumatiques et « autres grands projets stratégiques devant amener de la valeur ajoutée aux marchés. »

Quelques zones d’ombre malgré tout…

On ne peut pas être euphorique sur tout et les réponses à certaines questions manquaient un peu d’entrain (le décalage horaire sûrement). Drive+, la marque de distribution de Nexus International ne se développerait pas à un rythme soutenu, « mais ce n’est pas une priorité » selon Philippe Guyot qui renvoie aux grands projets cités. Des projets qui sont là aussi pour lutter contre un marché mondial en demi-teinte : « Les ventes en première monte sont en berne (liées à la baisse des ventes de véhicules) et l’on devrait assister à une baisse des marges à l’avenir. C’est ce qui ressort des propos des grands équipementiers qui ne voient pas comment ne pas subir de baisses de marge prochainement ».

Une situation qui ne réjouit pas Philippe Guyot qui s’étonne de la stratégie des « consolideurs » comme GPC et LKQ auxquels les équipementiers donnent beaucoup d’argent ». Partant de là, Philippe Guyot en a profité pour dénoncer la multiplication des salons :  « Les équipementiers souffrent et doivent couvrir tellement de salons qui grèvent les budgets alors que la rentabilité n’est pas évidente. Les distributeurs voyagent de plus en plus, il n’est pas nécessaire d’organiser des salons partout ! ». En revanche, le salon Automechanika Istanbul trouvait grâce à ses yeux, « Un salon qui se veut une base de distribution pour nous et non une plateforme d’achats pour NI » précise Philippe Guyot qui ajoute que « le groupement ne peut que se féliciter de son adhérent turc, dinamik otomotiv (Adagroup), numéro 3 des ventes en Turquie, fort de ses 16 filiales ! Et surtout, un membre très actif qui fait la promotion des marques premium des équipementiers membres de Nexus International et développe particulièrement bien l’activité PL. »

Des projets au Maghreb

Lorsqu’on interroge Philippe Guyot sur le développement en France, « il y aurait des actions en cours », mais lesquelles ? Même réponse pour le Maghreb… et si l’on veut savoir si Nexus International projette de faire des acquisitions, « le sujet est à l’étude… ». Du coup, on revient sur l’Algérie et on s’étonne d’un manque flagrant de visibilité sur le dernier salon Equip Auto Alger. Pourtant, Nexus Algérie existe et compte huit membres, Siad, Douadi Automotive, A&M Distribution, Habchi, EMSG, Kheddache, GSB et Tradex. A cela, répond Philippe Guyot, une explication « Equip Auto Alger venait en fin du Business tour d’Abu Dhabi et cela explique qu’il n’y ait pas eu d’événement particulier à Alger, mais certains de nos membres exposaient. Par ailleurs, nous pensons que le nombre de distributeurs est suffisant et nous n’avons pas pour objectif de recruter. Nous souhaitons surtout que les concepts aboutissent. Nexus Algérie est toujours en train de préparer des projets business y compris en termes de formation, l’axe majeur de notre politique. » Et en termes de réseaux de garage ?

« Nous constatons un problème de culture, où il s’avère difficile de mettre autour d’une table des chefs d’entreprise pour se fédérer autour d’un projet commun. Cela était vrai pour le lancement des Top Garage en France, en 99. Pour que cela avance, il faut mobiliser efforts et budgets. Cela fait 3 ans qu’on y travaille, pour fédérer et mutualiser les budgets, en répétant à l’envi que c’est dans l’intérêt des membres, et qu’il faut y aller. Mais cela prend du temps. Dès que l’accord sera bien établi entre les membres, cela ira très vite et notamment en formation qui est la clé de voute du développement. Si nous investissons beaucoup dans la Nexus Academy, c’est bien pour mettre les formations comme priorité au niveau mondial et coller aux événements pour en effectuer et les promouvoir ». Depuis, un autre adhérent a rejoint Nexus International au Maroc. Il s’agit de Getcomar, dirigé par Driss Guennoun. Nous en reparlerons…

   HD

Réagir

Your email address will not be published.