Nissens, la vieille dame qui parle arabe…

Nissens, la vieille dame qui parle arabe…

Spécialiste du refroidissement ayant opté dès l’origine pour l’aftermarket, Nissens accorde sa confiance aux professionnels des marchés qu’il cible, pour promouvoir la marque et accompagner sa diversification comme le turbo, cette année.

Bientôt, en 2021, Nissens leader en aftermarket sur le refroidissement fêtera ses 100 ans, « une des plus vieilles entreprises dédiées au refroidissement », commente Anis Boughzala, directeur des ventes de la région MENA pour Nissens, depuis peu comme on va le voir. Une vieille dame, donc, et qui a du caractère puisqu’elle s’est focalisée sur l’Aftermarket depuis ses débuts et revendique ce choix par le service qu’elle rend aux différents marchés. Loin de vouloir répondre aux appels d’offre des constructeurs, Nissens s’emploie à servir les demandes de chaque marché en adaptant son offre. Ce choix stratégique ne se veut pas aussi simple qu’il y paraît, puisque ce sont entre 12 000 et 13 000 articles qu’ils doivent avoir en disponibilité pour satisfaire les 99 % des besoins d’Afrique du nord (parc circulant). « Qui dit Aftermarket, dit couverture du marché », complète Anis Boughzala qui ajoute que « pour obtenir une telle couverture de parc, Nissens se fixe comme challenge interne de sortir 500 références par an ! C’est une stratégie qui porte ses fruits, puisqu’au niveau de la qualité, les clients sont assurés de ne pas avoir de soucis et au niveau de la disponibilité, ils n’en ont pas non plus. » La « vieille dame » danoise (au cœur du pays de Lego) de bientôt 100 ans est entourée de 1 400 employés et ses commerciaux affichent des nationalités différentes…

De la proximité comme vecteur de réussite

Sur le stand de Nissens, nous avons rencontré Mourad Ouar et Azzedine Zennadi, deux importateurs distributeurs algériens, très enthousiastes à l’idée de travailler avec Anis Boughzala et Nissens. La raison principale est très simple : ils le connaissent bien, savent qu’Anis travaille pour des sociétés irréprochables sur le plan de la qualité (il vient d’un équipementier international de premier rang), surtout un interlocuteur qui parle leur langue (dans tous les sens du termes), connaît le marché des trois pays du Maghreb et sait comment y répondre. Car c’est là, l’un des points forts de ce groupe qui place sa confiance dans les hommes de la région, des commerciaux qui vont transmettre les bonnes informations et permettre à l’équipementier d’apporter les solutions adéquates. Comme le rappelle Anis Boughzala « Nissens est présent sur 5 continents et ses 37 commerciaux sont de nationalités différentes. Le groupe leur confie la responsabilité des marchés dont ils s’occupent et pour nos clients, cela fait la différence ». La différence… c’est ce que revendique la vielle dame dans tous les domaines (Nissens n’est pas que dans l’automobile) et constitue l’ADN de la maison. Une maison qui respecte l’environnement comme en atteste une fabrication des produits selon les normes ISO9001 / TS16949 et les cahiers des charges des constructeurs. Et comme le dit Mourad Ouar « Avec Anis, nous avons chez Nissens un interlocuteur qui nous comprend mieux, qui nous donne des supports adaptés et évolutifs. C’est un professionnel qui saura m’écouter. La marque, en outre, m’est très familière puisque je l’ai lancée en Algérie il y a des années ». Retour aux sources…

Du refroidissement au turbo

Compresseurs, radiateurs moteurs, échangeurs air-air, groupes moto-ventilateurs, condenseurs de climatisation, compresseurs, filtres déshydratants, évaporateurs et radiateurs de chauffage, Nissens fabrique l’ensemble des produits de la gamme thermique pour le segment automobile et a présenté sur Automechanika sa gamme turbo. « Des turbos neufs, vendus en kit avec notice de montage et seringue d’huile pour amorcer », commente Anis Boughzala qui poursuit : « Nous voulions des produits de qualité, sans risque pour le distributeur, le réparateur ou le consommateur final. C’est pourquoi, nous avons privilégié les turbos neufs afin d’éviter des problèmes éventuels en rénovation ou refabrication et, aussi, parce que récupérer les consignes prend beaucoup trop de temps. Je rappelle que lorsqu’on change un turbo, il faut changer le filtre, l’huile et nettoyer le circuit. Aujourd’hui, nous avons 103 références de turbos en véhicules légers, et la gamme de turbos pour poids lourd est en cours de préparation ». Bref, de quoi sillonner à nouveau les routes de la région !

  Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.