Otop : La solution de vente en ligne pour les pros

Otop : La solution de vente en ligne pour les pros

Mini-révolution en France avec l’arrivée de la proposition Otop, de la société Newdis, une solution de vente en ligne de pièces, destinée aux professionnels, livrés tous les matins par des centres Otop, ou disponibles dans des sas sécurisés. Coup d’œil sur une innovation qui fait le buzz…

Citons par exemple, les centres-autos et les fast fitters, ou encore les plateformes de distribution. Aujourd’hui, cependant, la distribution des pièces n’a jamais été aussi bousculée, les fonds d’investissement s’emparent des groupes de distribution, quelles que soient les nationalités et les localisations, les plateformes de distribution changent de mains, les constructeurs achètent des groupes multimarques indépendants, créent leurs propres plateformes multimarques, activent leurs réseaux de garages qu’ils peuvent livrer avec les mêmes pièces que les groupements de distribution indépendants, les équipementiers réfléchissent à des solutions leur permettant d’être au plus près du client final (vers la livraison en direct, comme ils l’ont souvent menacé ?) et les automobilistes choisissent leurs pièces sur Internet. Parallèlement, les réparateurs achètent sur les sites Internet de ventes en ligne, les pièces dont ils ont besoin pour avoir un meilleur prix, c’est sur Oscaro, Mister Auto, ou sur le Bon Coin… Parfois la seule manière d’obtenir un meilleur prix que son client automobiliste ! Aberration ? Sûrement, et lorsqu’il se présente une faille dans le système, une proposition éclot, voici comment est né Otop.

« Conjuguer le meilleur du web et de la distribution physique »

image 3Un mot, celui qui a imaginé Otop, Franck Millet, était le directeur général du groupe de distribution Doyen Auto (depuis racheté par Autodistribution), groupe belge concurrent du groupe Van Heck (depuis racheté par LKQ), deux groupes qui se sont intéressés à de nouveaux modes de réception des pièces (sas de nuit, par exemple) entre autres idées. En clair, Franck Millet sait de quoi il parle et lorsqu’on voit les fournisseurs première monte partenaires du projet, on se dit qu’il faut regarder le concept de près. De quoi s’agit-il ? D’abord un site de vente de pièces en ligne accessible aux réparateurs, qui choisissent les pièces dont ils ont besoin, paient par des moyens sécurisés leurs pièces qui ne proviennent que des fournisseurs d’origine ou de qualité d’origine référencés. Les pièces sont livrées le lendemain matin entre 7 h du matin et 11 h chez le garagiste par un centre de proximité Otop. Les bénéfices de l’opération sont aisés à exposer : le prix est inférieur d’environ 30 % par rapport à la distribution traditionnelle, le devis peut être fait en ligne devant le client car il n’y a qu’un seul fournisseur par type de produit, les pièces sont livrées tous les matins par les mêmes personnes qui peuvent reprendre une pièce commandée par erreur, le garagiste ne se retrouve plus devant un automobiliste qui a un prix meilleur que lui.

Les objections avancées : un seul fournisseur de telle ou telle pièce ? le garagiste n’a pas le choix. Réponse d’Otop : seules les marques de qualité sont référencées, elles bénéficient de leur notoriété et finalement, les fournisseurs première monte ne sont pas aussi nombreux qu’on le croit. Et avoir la qualité d’origine à 30 % moins cher, cela passe mieux ! Même constat pour la livraison le lendemain et non pas 4 h après : si l’automobiliste ne peut pas attendre 24 h, il se pliera facilement à ce petit embarras en voyant la baisse sur sa facture. « Nous expliquons bien le concept Otop aux professionnels et ils se rallient aisément à notre proposition. Nous leur expliquons comment nous pouvons obtenir de meilleurs prix, en ne livrant qu’une seule fois par jour (et non 4 comme certains), en ne référençant qu’un fournisseur par type de produits, afin de profiter des volumes d’achat tout de suite, et en limitant les coûts annexes, grâce au centre Otop qui peut reprendre une pièce en livrant. Ce que l’on a constaté, c’est que la vente se déshumanisait, se dématérialisait, avec tout ce que cela induit en termes d’erreurs, de stress, de coûts supplémentaires, etc. Avec les centres Otop, on réintroduit la proximité, le contact humain, l’échange, tout en offrant des prix compétitifs, grâce, également, à la digitalisation », explique Franck Millet. Les centres Otop seront gérés par des franchisés, et le réseau devrait comprendre 181 centres, en France, à horizon 2020. Bien d’autres innovations sont proposées au-delà du concept de base Otop, nous en reparlerons.

   Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.