Petite histoire de distribution

Petite histoire de distribution

En matière de distribution automobile, il existe plusieurs familles de pièces, toutes, mécaniquement, liées les unes aux autres et pourtant éloignées, si l’on se base du point de vue du marché. En l’occurrence, chaînes, courroies, ou encore roulements constituent des business, mais aussi des interventions à part entière. Chaque équipementier, bien sûr, prêchant pour sa propre paroisse. Le produit qui met tout le monde d’accord ? Le kit !

C’est ainsi qu’alors que la chaîne de distribution fait un retour en force sur les automobiles, certains y voient une nouvelle opportunité de marché, tandis que d’autres en profitent pour développer de nouveaux produits servant d’alternatives. Prenons, dans un premier temps, febi, qui envisage l’augmentation du nombre de véhicules équipés de chaînes comme une grande opportunité, surtout sur le marché maghrébin. Et Laila Zarouite, responsable marketing Afrique et Moyen-Orient d’illustrer : « Selon des donnés du marché, 66 % des nouveaux véhicules immatriculés sont équipés d’une chaîne de distribution et cela pourra augmenter jusqu´à 70 % dans les deux prochaines années. Cette hausse sera une opportunité aussi bien pour febi que pour ses partenaires ». Et pour cause. Pour asseoir sa légitimité sur ce marché – qui sonne un peu comme un revival de la chaîne – l’équipementier parie sur sa capacité à produire des pièces de qualité. Mieux, il s’appuie, dans le domaine des chaînes de distribution, sur son partenariat stratégique avec, notamment, le fournisseur d’équipement d’origine IWIS. « Tout cela garantit la grande qualité de toute la gamme de produit. Pour maintenir la qualité, febi investit en continu dans la modernisation de l’équipement de production et dans le processus de contrôle de la qualité », précise Laila Zarouite.

De son côté, en revanche, Gates, l’esprit pragmatique, a préféré surfer sur son expertise de la courroie pour proposer une alternative efficace à la chaîne…sans toutefois voir s’échapper un pan important de son business. Pour Sergio Rodari, Regional sales manager Mediterranean : « Les bonds technologiques périodiques réalisés par la technologie des courroies ou la technologie des chaînes influencent naturellement le choix des constructeurs selon leurs besoins au moment du développement de leurs nouveaux moteurs, et remettent potentiellement en cause les modèles de décision précédents. La technologie des chaînes a beaucoup évolué ces dernières années venant challenger les technologies des courroies connues et obligeant ainsi les fabricants à se remettre en cause et à proposer de nouvelles offres. Les courroies garantissent de manière générale une meilleure performance (moins de pertes par friction, moins lourdes), un confort en performance acoustique et une faible élongation au cours de la durée de vie. Pour autant, leur localisation hors du bloc moteur nécessite d’étanchéifier les passages d’arbre des poulies d’entrainement et requiert un soin spécifique sur le design du carter pour protéger la courroie de son environnement sous le capot moteur ». Bien. Fort de ce constat, Gates a donc relevé le défi et entrepris de développer, depuis quelques années, la technologie de la courroie dans l’huile. L’idée, avant toute chose : mettre au point de nouveaux matériaux capables de résister à l’huile et aux contaminants présents dans le bloc moteur. Challenge relevé puisque Gates propose aujourd’hui des produits qui s’intègrent, de la même manière qu’une chaîne, dans le bloc moteur, tout en offrant aux clients les avantages de la courroie. L’équipementier a même ainsi pu diversifier son offre sur des applications pour lesquelles il n’était pas présent auparavant comme les courroies de pompe à huile. CQFD.

Quand l’aide technique devient presque aussi importante que la pièce

Au-delà de la pièce elle-même s’il est bien un sujet qui rassemble tous les équipementiers, quel que soit leur cœur de métier, c’est la capacité des professionnels de la réparation à intervenir sur leurs produits. En effet, courroies et roulements ont désormais atteints un tel degré de technologie qu’il est essentiel, pour les équipementiers, d’alerter les MRA sur les conséquences – désastreuses – de mauvaises manipulations. « Le rapport avec les réparateurs de véhicules est primordial pour Gates qui a adopté le slogan « Think garage », afin de leur donner tout le support nécessaire face aux nouveaux défis présentés par les moteurs modernes », insiste Sergio Rodari. De fait, Gates délivre aujourd’hui tout son savoir technique au travers de son site Web, de son catalogue en ligne en libre accès, ainsi que de son site spécifique GatesTechzone.com. D’innombrables outils sur lesquels les mécaniciens peuvent dégotter des informations techniques, des vidéos de montage, mais aussi des réponses à des situations plus complexes qui peuvent se présenter lors du changement d’une courroie, d’un tendeur ou bien d’une pompe à eau. « Le réseau commercial Gates offre aussi, directement ou à travers ses distributeurs, des formations techniques pour les mécaniciens qui désirent aller plus dans le détail avec les techniciens Gates », précise également Sergio Rodari.

Même type d’initiatives chez febi qui met un point d’honneur à être présent sur le marché, tant auprès des distributeurs que des ateliers, afin de distiller de l’information à un rythme régulier. L’idée : occuper le terrain. Et pour cause : « Concernant la conscience des ateliers, nous avons constaté que cela diffère d´une région à l´autre et dépend de différents facteurs notamment de la communication de la part des fabricants, mais aussi de la volonté et de la motivation des ateliers quant à la recherche de documentation sur les nouvelles technologies », estime Hocine Kebir, responsable commercial Algérie. Et pour s’assurer que les réparateurs aient les bons gestes, l’équipementier utilise divers moyens dont la documentation, au format papier mais aussi digital sur les réseaux sociaux et sur l’outil de recherche en ligne www.partsfinder.bilsteingroup.co, ainsi que la formation technique.

« febi a développé un banc d’essai des tendeurs de chaîne, en coopération avec le plus grand fabricant allemand de systèmes hydrauliques. Les conditions des moteurs en fonctionnement sont simulées au banc d’essai multi-poste, de sorte que le tendeur de chaîne est exposé à des contraintes réalistes. Tous les tendeurs de chaîne hydraulique de febi sont soumis à une vérification complète sur ce banc d’essai. Autrement dit, ils sont testés l’un après l’autre de manière fonctionnelle et ce n’est qu’après cela que notre assurance qualité interne les approuve. Avantage pour les clients et les ateliers de réparation : une sécurité encore plus grande pour ce système très sensible », explique, par l’exemple, Laila Zarouite.

Les kits font leur chemin…

Longtemps chasse gardée du marché français de la rechange, le kit commence également à gagner du terrain dans les autres pays du monde. Le Maghreb, bien sûr, ne fait pas exception. Et pour cause, qui dit kit dit avantages significatifs pour les ateliers et pour les consommateurs. Les premiers gagnant un temps considérable dans leur intervention sur les systèmes de distribution (une seule référence à commander, moins de stockage, l’assurance que les pièces choisies sont compatibles les unes avec les autres…). Les seconds pouvant être rassurés quant à l’efficacité et la qualité de l’ensemble des pièces de distribution montées sur leurs véhicules. De fait, même si la demande reste encore importante sur les articles en boîte individuelle, que l’on parle de courroies ou de pièces métalliques comme les tendeurs et les poulies, la tendance est à une augmentation des kits, et cela pour toutes les applications. Et Serge Rodari d’illustrer : « Nous avons enregistré des résultats très intéressants surtout les deux dernières années avec, par exemple, une accélération de vente de kits au Maroc. Cela a été possible surtout grâce à la gamme de kits de distribution Gates qui compte presque 600 références différentes, à laquelle il faut ajouter les kits de distribution avec pompe à eau qui compte déjà environs 300 références. La proposition Gates concernant les kits avec courroies striées pour les systèmes accessoires est aussi importante avec environ 1 500 références ».

Et cette augmentation significative du chiffre d’affaires réalisé au Maghreb sur les kits se constate chez l’ensemble des acteurs de la distribution. A l’instar de febi qui reconnaît volontiers la percée du kit mais estime que le potentiel est encore grand. « Un potentiel qui pourra être exploité une fois que la prise de conscience sur les avantages des kits sera bien établie dans la culture de l’atelier et du consommateur final ». Mais chi va piano, va sano…

  Ambre Delage

Réagir

Your email address will not be published.