Pièces de rechange automobiles : Le Maroc a désormais son propre label

Pièces de rechange automobiles : Le Maroc a désormais son propre label

Les opérateurs des pièces de rechange automobiles au Maroc jubilent enfin ! Et pour cause, le Maroc vient de se doter d’un système de labellisation de son circuit de distribution de pièces de rechange automobiles. Dénommé « Salamatouna », ce label vient d’être officiellement lancé par Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie numérique, en personne. Il est censé venir à bout de la pièce de rechange frelatée dans notre pays qui représente une véritable menace contre la sécurité des automobilistes, à l’instar des plaquettes ou disques de freins, ou encore des filtres contrefaits qui exacerbent la pollution. Il vient également assainir l’organisation de la distribution dans ce marché où opèrent de nombreux acteurs.

Le label Salamatouna agit un peu comme une marque collective de certification. Elaboré par le Comité national pour la propriété industrielle et anti-contrefaçon (CONPIAC), il est directement géré par l’Institut marocain de normalisation (IMANOR). Il sert de moyen de traçabilité, mais aussi de conformité des pièces commercialisées, tout en constituant un outil destiné à encourager les entreprises qui commercialisent des pièces de rechange authentiques.

Parallèlement à la constitution de ce label, l’OMPIC a réagi en mettant en place une plateforme digitale : www.salamatouna.ma. Celle-ci sert à déposer des demandes de la part des fournisseurs, grossistes ou importateurs de pièces de rechange automobiles qui cherchent à bénéficier du label. Elle permet également de recevoir des dénonciations, tout en procurant aux consommateurs un service de géolocalisation fiable des différents fournisseurs labellisés présents partout au Maroc. Il convient de préciser que la contrefaçon des pièces de rechange automobiles au Maroc concerne notamment les pièces qui ne demandent pas de gros développements techniques ou électroniques. Les pièces de rechanges les plus contrefaites dans nos contrées sont les plaquettes de frein, mais aussi certaines courroies et les joints de culasse   

Mohamed Mounadi

Réagir

Your email address will not be published.