Pièces de rechange automobiles : Qui produit au Maroc et qui importe ?

Pièces de rechange automobiles : Qui produit au Maroc et qui importe ?

En matière de pièces de rechange automobiles, le « Made in Morocco » existe bel et bien. Et pour cause, un certain nombre de pièces automobiles est fabriqué au Maroc et est distribué directement par ses fabricants sur le sol marocain. Mieux encore, certaines pièces produites localement sont même exportées vers d’autres pays. Mais qui sont donc les producteurs locaux de pièces de rechange automobiles et qui en sont les importateurs ?

Une production locale tous azimuts…

Au Maroc, les fabricants locaux de pièces automobiles sont aussi des fournisseurs auprès des grands distributeurs ou des revendeurs. Cependant, certains disposent également de leur propre réseau qui concurrence directement les distributeurs et revendeurs. Les pièces de rechange que ces entreprises marocaines produisent sont appelées «adaptables». Elles délivrent cependant une qualité qui correspond intimement et le plus souvent à la qualité des produits d’origine fournis par les équipementiers de premier rang. On estime en moyenne à 20% la part des pièces de rechange mises sur le marché par cette catégorie d’acteurs. Ces derniers sont concurrencés par des produits provenant de différentes origines. Au Maroc, les entreprises nationales de fabrication de pièces de rechange fabriquent : des filtres (SINFA FILTRES), des plaquettes de frein (SIPROF), des disques de frein (PLASTEX), des échappements, des câbles de commande (SINFA CABLES), des durites (FAIDA POLYMERES), des batteries (ALMABAT, AFRIQUES CABLES), des radiateurs (CFD), des lames de ressort (FLEXY RESSORTS), des joints de culasse (GAUPA), les pistons et chemises (FMI), des courroies, des pare brise (INDUVER, SOTRAGLACE) etc.

Qui sont les importateurs ?

On peut dire qu’il existe deux types d’importateurs de pièces de rechange automobiles au Maroc : on retrouve ceux qui s’approvisionnent auprès des grands équipementiers internationaux qui produisent des pièces dites « d’origine » et ceux qui font de la pièce « adaptable » leur principale activité. Les importateurs/distributeurs de pièces de grands équipementiers (Bosch, TRW, SNR, Valeo, Delphi etc.) représentent une catégorie de professionnels peu nombreuse bien que très ancienne. Cette catégorie totalise, à elle seule, pas moins de 13% du volume des pièces mises en vente au Maroc. Il s’agit de grandes enseignes telles qu’Autodistribution, Copima, Maghreb Accessoires, Kaufmann, ou encore Standard Auto Accessoires. On retrouve également dans ce panel certains spécialistes du pneumatique. Notons que ces entreprises réalisent plus de 90% de leurs approvisionnements en Europe ou, plus marginalement, aux États Unis, en Corée et au Japon. Elles n’achètent donc jamais auprès des équipementiers locaux. D’ailleurs, ce type d’importateurs/distributeurs considère généralement les équipementiers locaux comme des concurrents directs.

Quid de la pièce « adaptable » ?

En termes d’entrées au Maroc et de nombre d’acteurs de la filière, les importateurs/distributeurs de pièces «adaptables» représentent une part non négligeable. On estime à 46% environ la part des pièces mises sur le marché marocain par cette catégorie d’acteurs composée, approximativement, de 200 entreprises, dont une trentaine concentre près de 80% de l’activité. Les fournisseurs de ces pièces dites «adaptables» sont généralement localisés (pour 70%) en Europe et en Asie, mais également au Maroc, ne serait-ce que pour les produits fabriqués localement tels que les plaquettes de frein, les courroies, les parois, les joints pour moteur ou encore les radiateurs.

Qui achète aux importateurs ?

Les clients des importateurs ne sont nuls autres que les grossistes mais également les détaillants, les garagistes ou les entreprises possédant des flottes. La vente au comptoir de pièces de rechange automobiles au Maroc demeure, quant à elle, particulièrement infime (à peine 5% !). Notons que pour la catégorie des pièces d’importation « adaptables », ces dernières sont souvent commercialisées sous une qualité incertaine. Elles peuvent parfois être mal définies et même contrefaites. Ces pièces font généralement le bonheur des petits détaillants, des prescripteurs finaux, ainsi que des ambulants.

  Mohamed Mounadi

Réagir

Your email address will not be published.