Pièces de rechange : Quid de la logistique ?

Pièces de rechange : Quid de la logistique ?

Et si l’on parlait un peu de logistique ? Sur Rechange magazine, nous avons tendance à très souvent aborder la question de la distribution des pièces de rechange, mais rarement de logistique liée à celle-ci. Pourtant, la performance logistique demeure plus que jamais le facteur clé d’attractivité des investissements et le meilleur moyen pour doper la compétitivité des PME. Au Maroc, force est de constater que beaucoup reste encore à faire en matière de performance logistique. Si Tanger Med a réussi à s’imposer en tant que hub important de la zone Méditerranée, jouissant d’une position géographique de premier ordre, ainsi que d’une parfaite maîtrise des délais de transit, cette success story n’a malheureusement pas encore réussi à être dupliquée à d’autres régions du Royaume, du moins pour le moment. De fait, le secteur avance encore aujourd’hui à deux vitesses.

Le privé bon élève, le public à la traine…

En matière logistique, le secteur privé reste parfaitement concurrentiel, en ouvrant plusieurs chantiers stratégiques, avec le développement d’une supply chain efficace, d’une digitalisation plus poussée des process, de la mise en place de plateformes logistiques et de hubs régionaux etc. A ce niveau, le privé a amorcé de nombreux projets à l’instar de Dachser qui vient d’investir pas moins de 7 millions de DH pour regrouper sur un site unique basé à Mohammedia des activités de transport routier international et domestique, mais aussi certaines prestations de dédouanement. De son côté, Global Express Courtier (Globex) est devenu le prestataire au Maroc du géant hollandais de logistique : TNT Express. Toujours dans cette dynamique, Fenie Brossette a signé avec Storax pour lancer leur fameux système de stockage conforme aux réglementations européennes : il s’agit du « Satellite Ranger ».

Mais si le privé est aussi dynamique, l’Etat demeure, pour sa part, toujours aussi lent dans la mise en place des chantiers annoncés. La Société Nationale des Transports et de la Logistique (SNTL) est tout sauf une locomotive nationale pour le secteur de la logistique. Et pour cause, tous les chantiers qu’elle a entrepris restent marqués par leur lenteur et par des retards conséquents.

Champion logisticien en Afrique…

Toutefois, malgré cette évolution saccadée, le Maroc fait mieux que ses voisins en matière logistique : il est même l’un des leaders continentaux en la matière. Sous nos latitudes, les zones logistiques sont en perpétuelle évolution : elles devraient s’étendre à 3300 hectares à l’horizon 2030. Pour sa part, la croissance annuelle du secteur ressort à 15 %, malgré une part belle pour l’informel qui ne s’accapare pas moins de 40 % du marché. De son côté, le coût d’entreposage a nettement baissé pour atteindre près de 3 DH par palette en 2010. Il convient de noter qu’à fin mars, le nombre de conteneurs qui passent par le Port de Casablanca a connu une augmentation conséquente.

   Mohamed Mounadi

Réagir

Your email address will not be published.