Siprof et Plastex : 25 ans de présence en Algérie !

Siprof et Plastex : 25 ans de présence en Algérie !

Fabricants marocains de pièces de freinage reconnus, les deux sociétés évoluent de concert à l’international, l’alliance plutôt que la rivalité de mauvais aloi. Et ça marche !

On peut voir leurs stands sur de nombreux salons internationaux, côte à côte, comme de vieux amis qui s’épaulent contre vents et marées, face à une concurrence toujours plus rude. Sur Alger, les vents s’avéraient plutôt porteurs, puisque Siprof a été mis en lumière lors de la conférence d’Automotor puisque c’est le fabricant qui inaugure le lancement de la marque AF en plaquettes de frein. Non loin, Plastex livre les disques de frein à Automotor. Il faut dire que si les deux industriels du freinage fabriquent chacun de son côté, l’un, Siprof, produit du côté de Casablanca pendant que l’autre, PLastex, œuvre à Tanger. Il n’en demeure pas moins que les deux entreprises bénéficient de la stratégie d’un même président. Comme le rappelle Soufian Chriki, responsable export de Siprof, « Dans les années 90, les deux sociétés ont décidé de collaborer en mettant en commun les politiques achat, et points de vente, tout en complétant leurs offres produits. Siprof travaillant les garnitures de frein et les plaquettes pour VL et PL quand Plastex produisait les garnitures d’embrayage, les freins à mâchoires, et les freins industriels ». Parallèlement, ils commercialisent aussi les disques de frein, et les kits d’embrayage, les tambours de frein et différents accessoires. Difficile d’envisager meilleure complémentarité. Tous les produits étant disponibles dans les deux marques, y compris en marque de distribution.

Chez Motrio, bientôt chez Renault et PSA ?

Déjà présent chez Motrio, Siprof attaque le marché de la pièce d’origine en étant en cours de projet chez Renault, tandis que Siprof et Plastex ont, parallèlement, passé l’audit pour devenir fournisseurs de Peugeot Kenitra en 2018. Les choses suivent leur cours, mais Soufian Chriki et Omar Oulad Hadj Ali, directeur commercial de Plastex affichent un bel enthousiasme. Notons, que cette belle humeur – malgré quelques regrets de n’avoir pas vu plus de monde qu’ils n’en espéraient – provenait également du marché algérien, le second marché export après la France pour Siprof, le troisième après la Turquie et l’Iran pour Plastex. « Nous sommes plutôt heureux de cette situation, car rares sont les sociétés marocaines qui exportent vers l’Algérie. Nous leur apportons, également, et c’est important, une garantie de qualité puisque notre production a obtenu tous les certificats de normes et qualité internationales en vigueur, ISO 9001, ISO TS 16949, la norme environnementale 14002, et aussi Reach ou encore RC90 et EAC pour les pays de l’Est. Mais c’est notre positionnement de produits de qualité équivalente à l’origine à des prix attractifs et plus compétitifs que les marques d’origine, qui séduit sur ce grand marché » précisent-ils. D’où leur présence sur Equip Auto Alger « un très bon salon qui nous aide à promouvoir nos nouveautés, à échanger avec nos clients, et à découvrir de nouveaux prospects ».

Bien placés sur leur marché national

Au Maroc, aussi, Siprof et Plastex continuent leur croissance, grâce à leur large gamme de produits, qui leur a permis d’être leader sur ce marché. Leur position de leader n’est pas fortuite mais résulte d’une politique bien menée. En effet, comme les deux entreprises exportent sur 28 pays à travers le monde, elles réussissent, par le jeu des volumes, à être compétitives, alors que si elles n’avaient que le marché national à se mettre sous la dent, la concurrence des grands groupes les éliminerait : « l’export donne le volume qui permet d’être compétitif sur le marché marocain malgré la concurrence chinoise et plus largement asiatique ». « Nous réalisons 15 % de notre chiffre d’affaires en local et 85 % à l’export » précise Omar Oulad Hadj Ali de Plastex quand « Siprof réalise 20 % en local et 80 % en export » ajoute Soufian Chriki. Un beau numéro de duettistes qui ne fait pas oublier qu’à l’origine, la maison s’appelait Abex, une garantie qualité s’il en était besoin.

Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.