Tesla Motors choisit le Maroc pour la fabrication de son transmetteur principal

Tesla Motors choisit le Maroc pour la fabrication de son transmetteur principal

Tesla Motors, la firme automobile du milliardaire américain Elon Musk, a confié la construction et la fourniture d’une de ses pièces au Maroc. Située dans la banlieue de Casablanca, l’usine STMicroelectronics va produire le transmetteur principal pour les véhicules de la marque.  

La multinationale franco-italienne implantée au Maroc STMicroelectronics vient de remporter un contrat de « sourcing » pour produire une puce capitale dans l’assemblage et la livraison des voitures Tesla. Après avoir trouvé cet accord avec la maison mère aux États-Unis, STMicroelectronics n’a pas manqué de commencer directement la production. Une action qui va certainement renforcer la position du pays dans les radars des constructeurs internationaux, et un premier pas pour le Royaume afin de se positionner sur le marché émergent des voitures électriques à l’échelle mondiale.

Une démarche encourageante pour les autres marques

Ce « sourcing » de Tesla au Maroc encouragera le pays à voir plus grand en matière de construction de voitures électriques. En effet, les marques déjà implantées au Maroc pourraient être les prochaines sur la liste, sachant que Renault a déjà démarré la vente de sa première voiture 100% électrique en Chine, considérée comme le véhicule propre le plus accessible du marché. Notons aussi que la marque fabrique une grande partie de ses autres modèles à moteur thermique dans les lignes de production de Tanger et Casablanca.

D’autre part, le deuxième constructeur automobile présent au Maroc, Peugeot, mise sur les versions électriques de sa 208. Certes, l’usine de Kénitra ne fabrique à présent que les modèles à moteur thermique, mais rien n’empêche, dans un futur proche, que le géant français confie aux lignes de production marocaines le soin de fabriquer la e-208. Celle-ci est, pour le moment, exclusivement fabriquée en Slovaquie, mais le Maroc dispose des infrastructures nécessaires et d’autres avantages pour faire baisser les coûts de production.

Véhicules propres : 1 % du marché global au Maroc

Ces dernières années, de nombreux importateurs automobiles ont investi dans le segment des véhicules propres au Maroc, mettant à disposition des modèles hybrides, hybrides rechargeables et électriques. Après des marques généralistes comme Toyota, ce sont les labels premium qui s’y sont mis, avec la BMW Série 5, Série 7 et X5 pour Smeia qui sont d’ores et déjà disponibles en version hybride « iPerformance ». Chez Mercedes, c’est la Classe E, GLC, GLC Coupé, GLE et GLE Coupé qui sont proposées avec la technologie « Plug-in Hybrid », une hybridation essence ou diesel. De plus, cette année, de nombreuses autres marques généralistes et premium ont alimenté leur gamme au Maroc avec au moins un modèle hybride ou hybride rechargeable. Pourtant, ce type de véhicule n’a même pas représenté 1 % du marché global pour l’exercice commercial 2020. 

D’un autre côté, le Royaume s’engage, pour les trois prochaines années, à réserver 30 % du parc automobile de l’Etat aux voitures hybrides et électriques. Il s’agit de remplacer les véhicules de l’administration publique par des véhicules plus respectueux de l’environnement et avec un maximum d’émission de CO2 de 120 g/km. Et pour prouver son engagement et inciter la population marocaine à privilégier les véhicules propres lors de leur achat, l’Etat a exonéré le paiement de la vignette et la taxe de luxe pour les voitures haut de gamme depuis des années déjà. 

Haytam Boussaid

Réagir

Your email address will not be published.