Une journée chez le garagiste automobile Auto Clair

Une journée chez le garagiste automobile Auto Clair

Sur la devanture du hangar d’Auto Clair, le plus grand garage de réparation automobile de Dar Bouazza (Casablanca), l’activité « réparation et entretien auto » s’affiche en lettres capitales rouges.

A 10 heures du matin, les trois mécaniciens du garage sont d’ores et déjà à pied d’œuvre. Vêtus de bleus de travail, ils partagent tous les jours leur local avec de jeunes apprentis. Pour ces derniers, comme Youssef, pas de bleu de travail, mais de la motivation et un peu d’improvisation. « C’est la première fois que je viens et je dois déjà changer des disques et des plaquettes de frein », explique-t-il. Une fois la voiture perchée sur un pont-élévateur, le jeune homme doit aller vite, mais heureusement qu’il ne travaille pas tout seul : il est secondé par son tuteur qui, lui, est un mécanicien chevronné. Sur les aires de préparation, un monsieur vient de garer un imposant Renault Trafic portant une immatriculation étrangère. Ce jeune transporteur résidant en France est un gros rouleur : deux fois par mois, il transporte des colis entre la France et le Maroc. C’est également un habitué des lieux. Deux fois par mois, il vient faire sa vidange au garage et s’assurer que son camion est capable d’avaler sans problème les 5 000 km qui seront parcourus durant le prochain voyage. A côté du gros Trafic, Mehdi, l’un des mécanos confirmés de l’atelier, s’attelle au changement d’une courroie de distribution sur un vieux Land Cruiser. Quand on lui pose la question sur son palmarès, cet ancien employé «chez Mercedes Maroc» répond: « que la mécanique n’est plus ce qu’elle était avec toutes ces nouvelles motorisations « électronifiées » au maximum ».

Des interventions diversifiées

Dans son bureau, le gérant du garage nous explique avoir toujours « énormément de monde les samedi et dimanche, mais aussi à la veille des jours fériés, des départs en vacances et des fêtes ». En quatre ans d’activité de self-garage, le gestionnaire du garage a vu défiler beaucoup de clients de toutes catégories. « Il y a ceux qui viennent pour une simple vidange ou pour un changement de disques et de plaquettes de freins, et ceux qui viennent carrément pour poser un nouveau moteur ». A côté de l’atelier, on retrouve un petit magasin où sont entreposées des pièces de rechange dites « de consommation », telles que les filtres, les soufflets de cardans, les bougies etc. « A Dar Bouazza, nous sommes plutôt loin du centre-ville, c’est pourquoi nous sommes obligés de disposer de certaines pièces de rechange en suffisance afin d’éviter que les véhicules que nous réparons pour nos clients ne soient immobilisés, le temps de descendre jusqu’au centre-ville pour aller chercher les pièces », affirme-t-on chez Auto Clair.

   Mohamed Mounadi

Réagir

Your email address will not be published.