3 questions à Valérie Batisse, Head of Sales Northern & Western Africa Mahle Aftermarket SAS

3 questions à Valérie Batisse, Head of Sales Northern & Western Africa Mahle Aftermarket SAS

« Il est clair que l’Algérie est un marché stratégique pour nous. Pour cela, toutes les opportunités seront étudiées »

Qu’est-ce qui fait la force de Mahle, par rapport à la production locale ?

Plusieurs choses. D’abord le savoir-faire et la technologie 1ère monte. Ensuite, la garantie d’offrir un filtre de qualité, monté par le constructeur dans ses véhicules lorsque nous sommes sur l’OE. Enfin, la possibilité d’offrir un large référencement et d’avoir des sites de production différents avec des technologies au plus près de celles requises par l’origine.

Une notion d’origine importante dont ne bénéficient pas les producteurs locaux de la filtration ?

La production locale reste encore au-dessous des standards internationaux. Preuve en est que le client algérien préfère toujours les marques premium. Le savoir-faire de Mahle en matière de processus qualité tirera à coups sûrs la production locale vers le haut. La formation est un axe impératif de la stratégie de la marque, la compétence de la main d’œuvre locale en bénéficiera et d’une façon ou d’une autre la production locale en profitera.

Compte tenu des nouvelles lois d’importation, n’y a t-il pas justement intérêt à faire des joint-ventures avec des entreprises locales afin de leur apporter le savoir-faire de l’OE ?

Nous comprenons la situation actuelle de l’Algérie par rapport à la conjoncture économique. Nous sommes en phase avec la stratégie nationale qui est d’encourager les équipementiers à s’installer localement. Il est clair que c’est un marché stratégique pour nous. Pour cela, toutes les opportunités seront étudiées. Bien sûr, cela est important de pouvoir collaborer avec nos partenaires algériens dans la mesure où l’Algérie offre, en parallèle aux investisseurs, des conditions attrayantes, ce dont nous ne doutons pas dans un avenir proche. Sachant que tout sera fait pour développer également, dans ce pays, les ventes à l’export.

   Propos recueillis par Ambre Delage

Réagir

Your email address will not be published.