Marrel, un vrai industriel à intégration verticale

Marrel, un vrai industriel à intégration verticale

Spécialiste reconnu de la fabrication des bras de levage hydrauliques, et l’un des leaders mondiaux d’équipements montés sur véhicules industriels, le groupe Marrel affiche, aussi, comme spécialité la production industrielle avec intégration verticale. Pas si fréquent.

Fêtant ses 100 ans sur le salon des solutions de transport, Solutrans à Lyon, Marrel a décuplé ses activités, ces dernières années, grâce à son acquisition par le groupe Fassi, réputé mondialement pour la fabrication de ses grues (3e constructeur mondial, situé en Italie), et dont la complémentarité des produits a bénéficié aux deux groupes. Marrel a 101 ans et réinvestit dans la recherche et développement pour continuer à tenir son rang de leader, tandis que Fassi Group poursuit ses acquisitions comme ATN, leader dans la construction de plateformes aériennes automotrices sur pneus ou chenilles avec moteurs électriques ou gazole, ou encore le spécialiste des produits forestiers Cranab (technologie forestière, le recyclage et le dégagement des routes…). Des entreprises industrielles s’appuyant sur des décennies d’expérience et d’innovation. Marrel en est d’ailleurs une puissante illustration ayant inventé le bras hydraulique « Ampiroll », ou encore la multi benne ou le compas.

Marrel fabrique tout ce qu’il produit

« Nous sommes un industriel et intégrons la fabrication de nos composants, explique Jérôme Semay, directeur général de Marrel (Fassi Group), et nous maîtrisons ainsi le process industriel. Nous pouvons, en ce sens, développer plus facilement des solutions technologiques, qui sont innovantes et propres, des technologies embarquées, etc. Cela induit que nous ayons une bonne maîtrise de la pièce de rechange et puissions garantir un taux de service très élevé, grâce, également, à un important historique des données. C’est aussi l’un des atouts majeurs de Fassi Group qui fabrique toutes les grues (entre autres produits) en Italie pour le monde entier. A Andrézieux (Saint Etienne), nous fabriquons en interne les vérins hydrauliques et les pièces de chaudronnerie. » Est-ce un atout pour être compétitif, nous sommes nous interrogés ? La question fait sourire : « En termes de performance produits et de R&D, aucun doute, confirme Jérôme Semay, mais les coûts français étant élevés, pour être vraiment compétitifs, nous devons travailler en permanence sur la productivité. Cela nécessite de se battre, mais c’est aussi porteur d’innovation. Nous disposons d’une très belle usine à Saint-Etienne, et avons doublé notre production lors de l’intégration dans Fassi Group. Nous arrivons à la limite de nos capacités de production mais comme nous revendiquons notre savoir faire industriel nous poursuivons notre investissement dans l’outil industriel. C’est la base de notre capacité à innover. Lorsque nous avons été rachetés par Fassi, cela a représenté une belle opportunité pour nous, parce que nous parlons le même langage industriel et d’investissement, et aussi parce que nous pouvons concevoir une stratégie de développement de l’entreprise, qui nécessite du temps et des moyens. C’est précieux et vraiment différenciant aujourd’hui ! » Rappelons que Marrel réalise un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros (Fassi Group dépassant les 300 millions d’euros de CA) et emploie 200 personnes, dont 150 à la production et 50 en R&D, commercialisation et administratif.

Une distribution éprouvée

Tout le monde connaît Bennes Marrel au Maroc, entreprise pilotée par Adil Saidi, son PDG – aussi Président du Groupement du Poids Lourd et de la Carrosserie (GPLC), une société indépendante, qui distribue les produits Marrel et Fassi (des grues aux vérins en passant par les multi bennes et tous les équipements hydrauliques) mais également les bennes, activité que Marrel a cédée à Benalu en 2010. Bennes Marrel Maroc illustre bien la politique de distribution de Marrel qui s’appuie sur un acteur local important et lui accorde l’exclusivité de ventes, une exclusivité réciproque, puisque Bennes Marrel Maroc ne peut pas vendre les produits de la concurrence. Au Maroc, un seul distributeur suffit, dans d’autres pays, le groupe s’appuie sur plusieurs distributeurs, l’ensemble constituant un réseau de distribution mondial ! Le rapprochement de Fassi et de Marrel a également permis d’ouvrir des horizons nouveaux en termes de distribution aux deux entreprises : au Maroc, c’est Fassi qui a bénéficié du partenariat entre Marrel et Bennes Marrel Maroc, pour la distribution des grues. Notons que les bras hydrauliques plébiscités pour les activités d’environnement et de recyclage (les grues sont plus demandées pour le BTP) participent beaucoup au développement du royaume du Maroc dans ce secteur d’activité. En Tunisie, Marrel s’appuie sur un distributeur Tunicom (aussi fabricant et disposant de nombreuses succursales). Quant à l’Algérie, il n’y a pas de distributeur officiel, mais un agent avec lequel travaille le groupe. Marrel n’a pas choisi la voie de la filialisation mais plutôt le partenariat avec des groupes indépendants dans chaque pays, qui assurent la promotion des produits et la maintenance, définissant ainsi un choix stratégique de se consacrer sur son métier de fabricant et de concepteur, tout en s’appuyant sur un réseau de distributeurs indépendants, un autre métier !

Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.